Né le 20 décembre 1897 à Chambéry (Savoie). Ingénieur. Commandant FFI. Exécuté sommairement le 26 août 1944 à Saint-Satur (Cher).

Fils de Cyr Perroux et de Marie, Louise, Marcelle Desgrange ; Georges Perroux était Ingénieur, marié à Marie, Charlotte Fix et domicilié à Paris 7ème, rue de Hérédia. Engagé dans les Forces Françaises de l’Intérieur (FFI) il avait le grade de Capitaine puis de Commandant (note du Secrétariat général du 20 décembre 1945) ; engagé dans les Forces Françaises de l’Intérieur (FFI) il était alors, avec sa compagnie, chargé de la surveillance du pont sur la Loire à Saint-Satur, afin d’en interdire le passage aux soldats allemands en retraite. Le 26 août 1944 un groupe d’une vingtaine de soldats allemands arriva, en voitures, à Saint-Satur, par la route en provenance de Ménétréol-sous-Sancerre, vint surprendre les FFI installés au poste de commandement près du canal latéral à la Loire et les massacrèrent sauvagement ; ainsi sept résistants furent tués vers 10h dont Georges Perroux. Déclaration de décès le 26 août de Jean Dufêtre, secrétaire de mairie ; Georges Perroux fut reconnu « Mort pour le France ». Son nom est inscrit sur une stèle érigée rue de la Résistance à Saint-Satur en « Hommage aux FFI tombés pour la Libération ».


Saint-Satur (Cher) le 26 août 1944
Sources

SOURCES : n°45 du registre des décès de Saint-Satur. Souvenirs de la Résistance dans le Cher-Nord du Colonel Colomb (A de Vogüé).

Michel Gorand

Version imprimable