Né le 7 septembre 1917 à Menton (Alpes-Maritimes), massacré le 1er août 1944 à Montalieu-Vercieu (Isère) ; manœuvre ; victime civile

Ange, François, Eugène Adami était le fils de Dominique, Urbain et de Marie Libano.
Il épousa Louise, Joséphine Ninzoli. Ils eurent un enfant.
En 1944, il habitait café de la Paix, place Nationale à Antibes (Alpes-Maritimes) où il était manœuvre.
Il vint rendre visite à sa femme, malade, et à son enfant, réfugiés à Montalieu-Vercieu (Isère).
Le 1er août 1944, un groupe de résistants du maquis d’Ambléon fut envoyé à Montalieu-Vercieu (Isère) avec pour mission de réquisitionner des véhicules automobiles.
Mais vers 14h30, un convoi allemand fort d’environ 500 hommes venant du Vercors par Voiron (Isère) et Les Abrets (Isère) et se dirigeant vers Bourg traversa Montalieu-Vercieu. Les maquisards jugèrent alors judicieux de se replier mais un coup de feu tiré par l’un d’entre eux signala leur présence à l’ennemi.
Les soldats allemands descendirent alors des camions en tirant de tous côtés, puis ils se répandirent dans le bourg, pilllant, dévastant, et violant quatre jeunes femmes.
Après leur départ vers 18 heures, le curé de Montalieu découvrit cinq cadavres, dont celui d’Ange Adami, dans un champ voisin du presbytère.
Les victimes avaient été mitraillées alors qu’elles s’enfuyaient, puis achevées par balles, certaines portant en outre des traces de coups.
Ange Adami obtint la mention "Mort pour la France".
Son nom figure sur le monument érigé 2 rue du 1er août à Montalieu-Vercieu, sur le monument aux morts de Bourgoin-Jallieu : Les Résistants du secteur 7 à leurs camarades... (Isère) et sur le mémorial du maquis d’Ambléon à Ambléon.


Voir : Montalieu-Vercieu et Porcieu-Amblagnieu
Sources

SOURCES : Arch. dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression 3808 W 560 — Françoise et Robert MICOLAUD, Le maquis d’Ambléon, ANACR Morestel et AMARA, 2015 — Mémorial Genweb — Geneanet — État civil

Jean-Luc Marquer

Version imprimable