Le 2 juin 1944, une colonne allemande venant de Rodez, est envoyée en reconnaissance en direction du Mont-Mouchet. Les Allemands sont stoppés à Paulhac-en-Margeride. Une seconde offensive est lancée sur le massif les 10 et 11 juin 1944. Les maquisards fuient vers le sud. En représailles, les troupes d’occupation incendient le village de Paulhac-en-Margeride le 12 juin 1944. Les exactions continuent les 12 et 13 juin avec l’exécution des civils ayant sauvé des blessés

Monument commémoratif dans le cimetière de Paulhac-en-Margeride
Le 2 mai 1944, lors d’une réunion du Comité régional de libération en présence d’Émile Coulaudon, il est décidé de mettre en place trois réduits, dont celui du Mont-Mouchet situé à 1.465 mètres d’altitude. Un ordre de mobilisation officiel est lancé le 20 mai 1944, 2.700 hommes convergent en direction du Mont-Mouchet. Ils seront répartis en quinze compagnies postées aux alentours du réduit. Le 2 juin 1944, une colonne allemande part de Mende et Rodez en passant par le Malzieu. Ils arrivent à Paulhac-en-Margeride où ils seront stoppés par le corps franc de Laurent. C’est la première victoire des maquisards. Les troupes allemandes contre-attaquent. Les opérations se préparent dès le 9 juin, le commandement est confié au général Jesser.
Trois colonnes allemandes convergent en direction du Mont-Mouchet : Le Puy\Saugues, Brioude\Langeac\Pinols et Saint-Flour\Ruynes-en-Margeride et Clavières. Les SS qui partent de Saint-Flour vont agir extrêmement violemment sur cet axe. Vingt-six personnes sont fusillées dans une village proche, Ruynes-en-Margeride.
Le nom des victimes de Paulhac figure sur un monument commémoratif 1939-1945 présent dans le cimetière de la commune.
Liste des victimes
Boisserie Jean
Clermontel André
Groz Jean
Inconnu Paulhac-en-Margeride 1
Inconnu Paulhac-en-Margeride 2
Jaffeux Marius
Pabois Roger
Roussel Jean
Yellet Jean
Sources

SOURCES : http://lesresistances.france3.fr .— Mémorialgenweb .— "Un circuit à la mémoire des villages martyrs de la Margeride", La Montagne, édition haute-Loire, 13 mai 2012.

Eric Panthou

Version imprimable