Né le 29 juin 1911 à Moravska-Ostrava (Autriche-Hongrie, aujourd’hui Ostrau, République tchèque), sommairement exécuté le 15 août 1944 au Bourg-d’Oisans (Isère) ; étalagiste ; victime civile

Issu d’une famille juive, Maurice Unger était le fils de Hermann et de Berthe Manger.
Il demeurait au hameau de Saint-Claude au Bourg-d’Oisans et était étalagiste.
En 1939, il contracta un engagement volontaire dans l’armée (Engagé volontaire étranger inscrit à Belfort entre le 1er/09/1939 et le 25/06/1940).
Le 13 août 1944, les troupes allemandes procédèrent à une vaste rafle dans la région.
Les personnes arrêtées furent enfermées dans le foyer municipal du Bourg-d’Oisans.
Le 14 août 1944, des membres de la Gestapo et des membres des JEN (Jeunes de l’Europe Nouvelle), sous l’uniforme de Waffen-SS, vinrent de Grenoble procéder aux interrogatoires à la suite desquels ils maintinrent l’arrestation d’une trentaine de personnes.
Le 15 août 1944, 5 prisonniers furent emmenés à un kilomètre au nord du Bourg-d’Oisans, au lieu-dit "les Ilats". Là, ils furent sommairement exécutés d’une balle dans la nuque, très probablement par les Waffen-SS français, et jetés dans la rivière "La Rive".
Parmi eux, Maurice Unger.
Son nom figure sur le monument aux morts du Bourg-d’Oisans.
Maurice Unger figure parmi les victimes de la Shoah recensées par le Mémorial de la Shoah à Paris.


Voir : Le Bourg-d’Oisans (Isère)
Sources

SOURCES : Arch. dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 38080 W 438 — Mémorial GenWeb — Mémorial de la Shoah — http://d-d.natanson.pagesperso-orange.fr/lucien.htm — État civil. — Mémoire des Hommes. — Note de Madame Nadia Hofnung (5 mai 2021).

Jean-Luc Marquer

Version imprimable