Né le 5 juin 1905 à Moissac-Bellevue (Var), abattu le 18 août 1944 à Moissac-Bellevue ; professeur ; Forces Françaises de l’Intérieur (FFI)

Fils de Paul Tric, propriétaire cultivateur, et de Jeanne Féraud, sans profession, Raoul Tric avait été reconnu comme pupille de la Nation le 19 février 1919. Marié à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 14 novembre 1931 avec Marie-Louise Honorat, il exerçait probablement dans cette ville comme professeur. Il était revenu dans son village natal dont son frère était le maire. Celui-ci était de sympathie résistante et avait apporté une aide précieuse à Daniel Bénédite, créateur du chantier forestier de la forêt du Pélenc (communes de Moissac-Bellevue et Régusse), à qui il avait fourni du ravitaillement et de fausses pièces d’identité pour ceux qui s’y cachaient. La mort de son frère dont le corps a été retrouvé dans le bois est restée mystérieuse et plusieurs versions ont couru. Il aurait été tué par des Allemands en repli alors qu’il avait été envoyé à Aups (Var) pour, précisément, s’informer sur un groupe de ces soldats qui se serait réfugié dans les environs du Pélenc. Il fut inhumé à Moissac le 19 août en présence de toute la population des environs.
Le titre de « Mort pour la France » lui a été attribué.
Sources

SOURCES : Arch. dép. Var 37 J 8/2, état des tués de la 20e compagnie CFL du Var. ⎯ site internet Mémoire des hommes SHD Caen AC 21 P 157356. ⎯ presse locale (Résistance n°9 12 septembre 1944). ⎯ témoignages Daniel Bénédite et Louis Picoche. ⎯ état civil.

Jean-Marie Guillon

Version imprimable