Né le 29 mars 1919 à La Tronche (Isère), sommairement exécuté le 21 août 1944 à Villard-Bonnot (Isère) ; instituteur ; résistant homologué Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant

Marius, Cyrille Charles était le fils d’Alphonse, Philippe et de Léonie, Geneviève Gohard.
Célibataire, il était instituteur à Domène (Isère).
Il s’engagea très tôt dans la Résistance, recrutant, entre autres, la secrétaire de mairie de Domène, qui profita de son emploi pour fournir des faux-papiers aux pourchassés à la Résistance et aux familles poursuivies.
Il rejoignit le maquis de Grésivaudan-Belledonne.
Dans la nuit du 20 au 21 août 1944, un groupe franc de douze hommes, dont Marius Charles, commandé par le lieutenant Henri et appartenant au maquis de Belledonne, secteur 6 de l’AS-Isère, fut envoyé en mission.
En arrivant à Villard-Bonnot vers une heure du matin, le convoi de deux camions et une voiture légère qui roulait sur la RN 523 tomba dans une embascade dressée par une colonne allemande qui évacuait Grenoble (Isère).
André Thomas, témoigna le 27 septembre 1945 : « J’habite en bordure de la route en face d’où a eu lieu l’accrochage entre le G.F. Henri et les Allemands.
J’ai vu arriver la première voiture. Les Allemands ont ouvert le feu. Elle a stoppé en face de chez moi. Flori qui conduisait s’est mis à la portière et a crié "Ne tirez plus". Les Allemands ont cessé le feu et se sont précipités sur la voiture. Ils en ont sorti trois hommes. L’un, Charles, était déjà mort. Le second, Flori, devait être blessé. Il a été mis contre le mur et achevé quelques instants plus tard. Quant au troisième, Brunatto, il est sorti de la voiture sans aucune blessure.
Un Allemand l’a frappé d’un coup de pied au ventre. Il est tombé. Les Allemands se sont alors acharnés sur lui à coups de pieds. Ils l’ont fouillé et l’ont achevé d’un coup de fusil à la tête.
 »
Marius Charles obtint la mention "Mort pour la France" et fut décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume.
Il fut homologué résistant membre des Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant.
Son nom figure sur les monuments aux morts de Bernin (Isère), de Domène et de Villard-Bonnot (38-45) et sur sur la plaque commémorative aux maquisards du Grésivaudan tombés à Villard-Bonnot.
Enfin, la ville de Domène a donné son nom à une rue.


Voir : Villard-Bonnot


Notice provisoire
Sources

SOURCES : Arch. dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression 3808 W 666 — SHD Vincennes GR 16P 121049 (à consulter) — AVCC Caen AC 21 P 42329 et AC 21 P 725470 (à consulter) — Mémorial GenWeb — Mémoire des hommes — https://www.ajpn.org/commune-Domene-38150.html — État civil

Jean-Luc Marquer

Version imprimable