Né le 19 septembre 1923 à Jaroslaw (Pologne), sommairement exécuté le 13 août 1944 à La Morte (Isère) ; mineur ; résistant homologué Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant

Wladimir Zuk était le fils de François et de Véronique Bazilac.
Célibataire, il habitait avec ses parents au 50 de la cité du Pré des Moines à La Mure (Isère).
Il était mineur à la Compagnie des mines de La Mure.
Wladimir Zuk s’engagea dans la Résistance et rejoignit le maquis de la Matheysine.
Du 12 au 14 août 1944, les troupes allemandes ayant opéré dans le Vercors et se rendant dans l’Oisans stationnèrent à La Morte (Isère).
Dès leur arrivée elles arrêtèrent tous les hommes de la commune et capturèrent sept jeunes membres des Forces françaises de l’Intérieur, qui s’étaient réfugiés dans la montagne. Parmi eux se trouvait Wladimir Zuk.
Le 13 août 1944, vers 16 heures, les sept FFI prisonniers furent conduits au lieu-dit "Les Combaz" et y furent sommairement exécutés puis enterrés dans une fosse commune.
Il n’y eut aucun témoin oculaire.
Le 17 août 1944, des gendarmes de la brigade de La Mure firent exhumer les corps.
Ils firent les constatations suivantes : « Tous avaient été sauvagement frappés au visage et sur tout le corps. Tous avaient été lâchement abattus d’une balle de pistolet ou d’une rafale de mitraillette dans la nuque. Aucun d’eux n’était porteur de pièces d’identité ou de valeur. » (Extrait du P.V. n°527 du 18 août 1944).
Les corps furent transportés au dépositoire du cimetière de La Mure (Isère)
C’est là que la famille de Wladimir Zuk l’identifia formellement.
Il fut enterré le 19 août 1944 au cimetière de La Mure.
Wladimir Zuk obtint la mention "Mort pour la France".
Il fut homologué résistant membre des Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant.
Son nom figure sur le monument érigé sur le lieu de l’exécution à La Morte, sur le Monument Commémoratif aux FFI et résistants de la Matheysine morts pour la France à La Mure et sur la plaque commémorative de la compagnie des Mines de La Mure à Susville (Aujourd’hui dans le hall d’entrée du lycée professionnel, anciens bureaux de la compagnie)


Voir : La Morte


Notice provisoire
Sources

SOURCES : Arch. dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 416 et 562 — SHD Vincennes GR 16P 608114 (à consulter) — AVCC Caen AC 21 P 175478 et AC 21P 694990 (à consulter) — Mémoire des hommes — Mémorial GenWeb

Jean-Luc Marquer

Version imprimable