Né le 24 mai 1923 à Palinges (Saône-et-Loire), mort en action le 11 août 1944 à Sainte-Cécile (Saône-et-Loire) ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Marcel Maringue était le fils de Pierre et de Marie Lacroix. Il était célibataire et domicilié à Palinges.
Il entra dans la Résistances aux Forces françaises de l’intérieur (FFI) dans le régiment de Cluny.
Le 11 août 1944 à l’aube de nombreuses troupes allemandes partirent de Mâcon afin de détruire définitivement le maquis de Saône-et-Loire. Le capitaine Laurent Bazot commandant du régiment avait mis en place ses 8 compagnies pour interdire l’accès de Cluny à l’ennemi. Le principal affrontement eut lieu à partir de 6h30 au Bois Clair et dura deux heures. Malgré deux bombardements par les Allemands, les résistants restèrent sur leurs positions. De nombreux renforts arrivèrent de toute la Saône-et-Loire et l’ennemi fut repoussé. À 20 heures Cluny était la première ville de Saône-et-Loire libérée et elle l’était par Résistance elle-même.
Marcel Maringue fut probablement tué dans le combat. Il décéda le 11 août 1944 à une heure indéterminée, à Sainte-Cécile (Saône-et-Loire). On ignore les causes précises de sa mort.
L’acte de décès fut dressé par Pierre Péries, intendant militaire de 2e classe, officier de l’état civil au ministère des Affaires sociales et anciens combattants le 13 novembre 1947 et transcrit le 22 novembre 1947 à Palinges.
Il obtint la mention « Mort pour la France » transcrite sur l’acte de décès.
Il est déclaré soldat aux Forces françaises de l’intérieur sur l’acte de décès mais le dossier du SHD Vincennes GR 16 P 394602 ne mentionne pas l’homologation.
Son nom figure sur le monument aux morts, à Palinges (Saône-et-Loire).
Sources

SOURCES : Mémoire vive de la Résistance, La bataille de Cluny le 11 août 1944 par Henri Mondange, article du 16-02-2018.— Wikipédia, Cluny (Saône-etLoire), chapitre Seconde guerre mondiale.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable