Le 13 août 1944, sept jeunes résistants, membres du maquis de la Matheysine, furent sommairement exécutés par des troupes allemands, à La Morte (Isère).
Le 14 août 1944, un jeune maquisard, fut lui aussi abattu, sans que l’on en sache exactement les circonstances.

Monument commémoratif de La Morte (Isère)
Monument commémoratif de La Morte (Isère)
Source : Mémorial GenWeb (Gaby André Vitinger. Cette photographie est sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0.)
Du 12 au 14 août 1944, les troupes allemandes ayant opéré dans le Vercors et se rendant dans l’Oisans stationnèrent à La Morte (Isère).
Dès leur arrivée elles arrêtèrent tous les hommes de la commune et capturèrent sept jeunes membres des Forces françaises de l’Intérieur, qui s’étaient réfugiés dans la montagne.
Le 13 août 1944, quinze otages furent choisis parmi les hommes de la commune et emmenés à Grenoble. Ils ne furent libérés que le 21 août 1944.
Dans la soirée du même jour, les sept FFI prisonniers furent conduits au lieu-dit "Les Combaz" et y furent sommairement exécutés puis enterrés dans une fosse commune.
Il n’y eut aucun témoin oculaire.
Le 17 août 1944, des gendarmes de la brigade de La Mure firent exhumer les corps.
Ils firent les constatations suivantes : « Tous avaient été sauvagement frappés au visage et sur tout le corps. Tous avaient été lâchement abattus d’une balle de pistolet ou d’une rafale de mitraillette dans la nuque. Aucun d’eux n’était porteur de pièces d’identité ou de valeur. » (Extrait du P.V. n°527 du 18 août 1944).


Liste des Victimes, 13 août 1944 :
Domenico BASSANI
Pierre DI FILIPPO
Robert NICOLAS-CHARLES
Antoine PABISK
Franciszek YANDA
Ilvo ZANCANARO
Wladimir ZUK


Le même jour, le corps d’un jeune homme présentant des traces de balles sur diverses parties du corps fut trouvé à 800 m au Nord Est du village au lieu-dit "La Blache".
Les objets trouvés sur lui permirent de l’identifier comme étant Stoslaw NOWAK, lui aussi FFI. Sans qu’on en sache exactement les circonstances, sa mort fut fixée au 14 août 1944.


Les gendarmes firent transporter les corps au dépositoire du cimetière de La Mure.
Un monument fut érigé sur le lieu de l’exécution des sept maquisards. Y figurent les noms des huit victimes de La Morte et celui de Pierre Rimey-Meille, résistant sommairement exécuté le 13 août 1944 au Poursollet, commune de Livet-et-Gavet (Isère).
Sources

SOURCES : Arch. dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 416 et 562 — Mémorial GenWeb

Jean-Luc Marquer

Version imprimable