Né le 19 novembre 1919 à Vals (Haute-Loire), massacré le 16 août 1944 à Annecy (Haute-Savoie) ; médecin ; victime civile.

À l’issue de ses études, Hubert Laurent devint médecin à Annecy (Haute-Savoie).
Le mercredi 16 août 1944, soit trois jours avant la libération d’Annecy, un inconnu fut arrêté au barrage que les Allemands avaient mis en place avenue d’Albigny, à quelques mètres de la villa Schmid, siège de la Gestapo pour le département. Le soldat allemand, pistolet au poing, entraîna son prisonnier vers la villa, mais l’homme réussit à se saisir de l’arme du soldat, à l’abattre et à s’enfuir. En représailles, l’ennemi ordonna que soient fusillées quatre personnes. Si deux furent arrêtées aussitôt, Albert Francfort* et Jean Gailliot*, les deux autres, Jean Alexis Bouchard* et le docteur Hubert Laurent, fort connu à Annecy, étaient en cours d’interrogatoire dans la villa de la police allemande.
Tôt le matin, vers 7 heures, Keilpflug, chef de la section de la Feldgendarmerie allemande d’Annecy avait procédé, sur ordre du SD, avec une section, à l’encerclement de l’immeuble du 6 de la rue Royale où logeait, entre autres personnes, le docteur Raisin que la Gestapo recherchait pour intelligence avec l’ennemi. Il était absent, mais à son domicile les Allemands arrêtèrent sa femme, Suzanne Raisin née Favre, les jeunes mariés Thirion-Seignebos, madame Avet et Charles Cattin et Hubert Laurent, ainsi que 13 gendarmes qui cantonnaient dans la maison. Si le docteur Laurent était là, c’est qu’il assurait l’intérim médical du docteur Raisin réfugié en Suisse. (Mémorial de l’oppression 3808 W 1379).
Le 16 août 1944, Hubert Laurent fut donc abattu par les Allemands, avenue d’Albigny à Annecy.
Il fut reconnu « Mort pour la France » (dossiers n° 54 621 et 87190) Il figure sur la stèle érigée à l’emplacement de son exécution (actuellement devant l’église Sainte Bernadette à Albigny), ainsi que sur les plaques de marbre noir récapitulatives des « Morts pour la France » apposées dans le hall de la mairie d’Annecy, juste après Pierre Lamy*.
Sources

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — MémorialGenWeb.

Michel Germain

Version imprimable