Exécutions de trois personnes au bourg de Broualan, huit fusillés à la carrière de la Lopinière, à Saint-Rémy-du-Plain (Ille-et-Vilaine).

Stèle du maquis de Broualan
Stèle du maquis de Broualan
Daniel Heudré
Le maquis de Broualan fut un important maquis d’Ille-et-Vilaine, dans le bois de Buzot, dans le canton de Pleine-Fougères.

Constitué en mars 1944, il fut créé par des FTP commandés par Pierre Jouan et par des membres du mouvement Défense de la France dirigé par les frères Hallais. Il réunit des résistants de la région et les orienta vers le maquis de Lignières-la-Doucelle (Lignières-Orgères), situé dans le Nord de la Mayenne. Peu d’armes, mais une envie d’en découdre par des opérations de harcèlement.

La fin du maquis eut lieu le 7 juillet 1944, par l’attaque des miliciens du Bezen Perrot et des nazis du SD. Trois habitants du bourg furent abattus : Jean Lebois et Hélène Lebois, Joseph Hue.

À la ferme de la Lopinière, huit maquisards furent conduits dans une carrière pour être torturés, fusillés et y être précipités : Armand Pasquet, Joseph Lemonnier, Jean Lambert, René Capitain, Michel Renaut et un parachutiste américain, George E. Hendrickson, des noms inscrits sur le monument près de l’église de Broualan et sur celui de la carrière de Saint-Rémy-du-Plain.
]
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Ille-et-Vilaine, 167 J, Rennes. — René Brune, Broualan dans l’Ille-et-Vilaine en Résistance, mémoire de l’été 1944, Éditions Lanclau, 1995.

Daniel Heudré

Version imprimable