Né le 21 décembre 1925 à Limoges (Haute-Vienne), mort en action le 8 juin 1944 à Noailles (Corrèze) ; résistant, membre de l’Armée Secrète (AS).

Jacques Barrage rejoignit en Corrèze un groupe de maquisards de la 6e compagnie du maquis « As de Cœur » de l’AS.
Le 8 juin dans la matinée, son groupe dressa un barrage routier sur la RN 20, au sud de Brive, au lieu-dit Le Bouyssou, sur la commune de Noailles. Les blindés allemands de l’avant-garde de la 2e SS Panzerdivision Das Reich forcèrent le barrage et sept maquisards furent tués dans l’accrochage, parmi lesquels Jacques Barrage.
Jacques Barrage obtint la mention Mort pour la France. À Noailles, deux stèles commémoratives furent érigées. L’une comporte une liste de quinze noms, parmi lesquels ceux des résistants tués le 8 juin. L’autre, à l’angle de la R.D 920 (ex RN 20) et de la rue des Frères Deheille porte l’inscription : « La résistance à ses héros tombés sur cette terre courageuse et fière restée fidèle à ses traditions d’honneur et de devoir ».


Voir Noailles et Jugeals-Nazareth (Corrèze), 3 avril ; 7 et 8 juin 1944
Sources

SOURCES : Guy Penaud, La Das Reich, 2e SS Panzer Division, Périgueux, Éd. La Lauze, 2005, p. 161, 512. — MémorialGenWeb. — Mémoire des Hommes. — Service historique de la Défense, Caen AC 21 P 14369 (nc).

Dominique Tantin

Version imprimable