Né le 6 septembre 1919 à Bourg-Lastic (Puy-de-Dôme), exécuté sommairement par fusillade le 15 juillet 1944 à Bourg-Lastic ; mineur ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Fils d’Alexandre, cultivateur, et d’Antonine Faye, Georges Duranton était mineur, célibataire et habitait Bourg-Lastic (Puy-de-Dôme).
Relevant de la Classe 1939 il fut affecté spécial à la mine de Messeix (Puy-de-Dôme).
Il est considéré comme membre de la Résistance individuelle "dès les première heures" en sédentaire. Il rejoignit les Mouvements Unis de la Résistance (MUR) à partir de mai 1943. Il relevait du Camp de Saint Genès, du 15 mai au 20 juin 1944, 2ème compagnie de la zone III à compter du 21 juin 1944 en tant que soldat de 2ème classe.
Le 15 juillet 1944 des troupes allemandes de la brigade Jesser procédèrent à l’exécution de 23 personnes au camp militaire de Bourg-Lastic (Puy-de-Dôme), principalement des résistants arrêtés et faits prisonniers les jours précédents ainsi que quelques otages civils exécutés en représailles. Ces exécutions furent décidées en représailles d’une attaque du maquis dans les gorges de Chavanon qui firent 23 morts chez les soldats allemands.
Georges Duranton figure parmi les fusillés. Connu sous le nom de guerre de La Planche.
Son nom figure sur le Monument aux Morts de Bourg-lastic.
Sources

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 204408. Dossier Georges Duranton (nc) .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 30 : crimes de guerre à Bourg-Lastic .— Mémorialgenweb.

Eric Panthou

Version imprimable