Né le 15 octobre 1917 à Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne), exécuté sommairement ou mort au combat le 8 -ou 9- juin 1944 à Condat-en-Combraille (Puy de Dôme) ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Fils d’Alphonse Aimé, employé, et de Jeanne, Marie, née Lalisse en 1886, sans profession, Marcel Joffrin est né à Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne) mais ses parents habitaient alors Cambrai (Nord).
Célibataire, Marcel Joffrin rejoignit les FFI à une date qu’on ignore. Il habitait peut-être Cambrai (Nord) avant de se réfugier dans l’Allier où il demeurait 4 rue Stéphane Servant à Montluçon.
Le 9 juin 1944 vers 3 heures du matin, un convoi de maquisards venant de Montluçon (Allier) et se dirigeant vers le Mont Mouchet subit l’assaut d’une unité militaire allemande circulant sur l’axe Aubusson (Creuse) – Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). 32 résistants périrent dans l’affrontement, morts en combattant ou pour la plupart exécutés sommairement sur place à Condat-en-Combraille (Puy-de-Dôme).
4 corps ne furent pas identifiés. Le 7 juin 1946, Raymond Courteau (Ex-Commandant des CFL de l’Allier) et René Migraine (Ex-Chef de groupe de Marcel Joffrin) attestent que Marcel Joffrin faisait partie du convoi de Giat attaqué le 8 juin 1944 à Condat-en-Combraille, qu’il avait été porté disparu cette même nuit, et qu’en conséquence on pouvait considérer comme certain qu’il faisait partie des 4 corps non identifiés. Trois dépositions recueillies le 1er août 1946 par la brigade de gendarmerie de Pontaumur viendront appuyer cette attestation.
Il est signalé sur la base Mémoire des Hommes comme mort à Condat-en-Combraille le 8 -et non 9- juin 1944. En outre, son nom ne figure pas sur le monument en hommage aux FFI tués, élevé à Condat.
Il a été reconnu Mort pour la France, homologué FFI.
Son nom figure à Cambrai (Nord) sur le Monument aux Morts du Souvenir Français.
Sources

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 310107. Dossier Marcel Joffrin (nc). — AVCC Caen, AC 21 P 58751. Dossier Marcel Joffrin. — Mémorialgenweb. — État civil Lizy-sur-Ourcq.

Eric Panthou

Version imprimable