Né le 30 janvier 1909 à Lingé (Indre), massacré le 27 août 1944 à Saint-Flovier (Indre-et-Loire) ; cultivateur ; victime civile.

Gédéon Chérioux était le fils de Louis Chérioux (né en 1873 à Chaumussay, Indre-et-Loire), journalier et de Marie, Désirée, Alexandrine Garnier (née en 1878 à Paulnay, Indre), tous deux domiciliés au lieu-dit Le Grand Aslon, commune de Lingé. Ses parents s’étaient mariés le 26 octobre 1896, à Paulnay. Né après Marie-Louise, Louis, Élie, Roger, Léon et André, nés entre 1897 et 1907, il fut le septième de leurs treize enfants. Exerçant le métier de cultivateur, il se maria le 24 juin 1933 à Truyes (Indre et Loire) avec Suzanne Menconi (née le 7 mai 1917 à Cormery, Indre et Loire). Petite fille d’un immigré italien, Luc Menconi, né le 9 mai 1841 dans la région de Lucques, et ayant immigré en France vers 1860, elle était la fille de Raymond Menconi, cartonnier à la Cartonnerie Oudin de Truyes, et de Marie Pain. En 1944, Gédéon Chérioux, était cultivateur au lieu-dit La Brissandière, sur la commune de Saint-Flovier, à la limite de l’Indre-et-Loire et de l’Indre.
Dans la deuxième quinzaine du mois d’août 1944, l’armée allemande commença un mouvement de retraite. Les départements de l’Indre et de l’Indre-et-Loire devinrent fin août un enjeu stratégique essentiel pour ses axes de repli et les combats se multiplièrent dans le secteur, harcèlements des résistants accompagnés d’exactions, et de massacres perpétrés par des unités allemandes en retraite. Le 27 août 1944, une unité allemande composée, selon les récits, de SS parvint à La Celle-Guenand (Indre-et-Loire), village limitrophe de Saint-Flovier. Ils exécutèrent dans le village deux résistants surpris en venant se ravitailler, puis prenant la direction de Saint-Flovier vers l’est, ils arrêtent à la ferme de Repinçay un groupe de jeunes gens de La Celle-Guenand et du village voisin de Betz-le-Château, rassemblés pour un repas d’anniversaire. Les huit hommes furent conduits de force 300 mètres plus loin et abattus. Vers 22 heures, les soldats allemands arrêtèrent à 300 mètres du bourg de Saint-Flovier, deux civils Gédéon Chérioux et Alexandre Viovi, qui furent aussitôt fusillés au bord de la route.
Gédéon Chérioux obtint la mention mort pour la France et son nom est inscrit sur le monument aux morts de Saint-Flovier. Son nom est également inscrit sur une stèle commémorative sur la RD 59 : "Français souvenez-vous de Viovi Laurent Chériou Gédéon massacrés en cet endroit par les hordes nazies le 27 Août 1944 ".
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Indre et Indre-et-Loire (état civil, recensements) — site geneanet —Mémorial genweb.

Michel Thébault

Version imprimable