Né le 29 février 1896 à Villars (Vaucluse), tué le 20 août 1944 à Apt (Vaucluse) ; journalier agricole ; victime civile.

Le travail de Jean-Paul Jouval, président du Souvenir français du canton d’Apt, permet de préciser le parcours de Clément Pin et les circonstances de sa mort. Fils de Victorin Pin, cultivateur, et de Thérèsa Clément, sans profession, concubin de Marie Réniet, père de deux enfants, Clément Pin était un ancien combattant qui avait été mobilisé le 11 avril 1915 et réformé le 19 août 1917. Cultivateur en 1915, marchand forain en 1929, il travaillait à la journée depuis 1935 à Apt.
Il fut tué le 20 août 1944 dans la rue vers 16 heures par le tir de mitrailleuse d’un char Tigre de la XIe Panzer Division lors des combats pour la libération d’Apt. La colonne blindée avait été attaquée à l’entrée de la ville aux Lançons. C’est au cours de la contre-attaque dans le secteur de la gare et de la Cucuronne que plusieurs résistants et des civils comme Clément Pin furent tués.
Une cérémonie funèbre eut lieu le 27 août suivant place de l’ Hôtel de ville en leur mémoire. Son nom figure sur le monument aux morts d’Apt et sur le caveau des « Morts pour la France » au cimetière.
Sources

SOURCES : — Jean-Paul Jouval, Mémorial des victimes des communes du canton d’Apt. Seconde Guerre mondiale, Indochine, Algérie, Apt, Le Souvenir français, 2017, p. 212. ⎯ Louis Coste (dir.), La Résistance du pays d’Apt, de la Durance au Ventoux, Apt, 1974, rééd. 1982. — état civil.

Jean-Marie Guillon

Version imprimable