Né le 18 avril 1887 à Antonne-et-Trigonant (Dordogne), exécuté sommairement le 12 juin 1944 à Cornille (Dordogne) ; cheminot ; résistant.

Pierre Beylot était le fils de Pierre, âgé de 48 ans et de Jeanne Daniel, âgée de 30 ans, tous cultivateurs au hameau de Chauveyroux. Il se maria le 25 février 1911 à Antonne avec Camille Javanaud, dont il eut trois enfants qui seront tous résistants.
Il était employé des chemins de fer et sous l’occupation il exerçait la fonction de chauffeur de la SNCF, à Périgueux (Dordogne).
Il aurait été agent de liaison dans la Résistance et aurait participé à des parachutages, des transports d’armes et hébergé des réfractaires au STO. Le 12 juin 1944, un groupe de résistants s’installa dans le village de Cornille, au lieu-dit Les Piles, au moment où une colonne allemande de la division SS Das Reich arrivait pour mener une expédition punitive après plusieurs accrochages avec les maquisards. Des maisons furent incendiées et des juifs habitants de la commune ou réfugiés furent pris pour cible. Douze personnes furent massacrées dont Pierre Beylot et son épouse Camille.
Il obtint la mention « Mort pour la France » transcrite sur son acte de décès et le titre d’"Interné politique" en février 1963.
Son nom figure sur le monument au morts du dépôt et la plaque commémorative de la SNCF dans la hall de la gare, à Périgueux (Dordogne).
Sources

SOURCES : Cheminots victimes de la répression 1940-1945 Mémorial, sous la direction de Thomas Fontaine, éd. Perrin/SNCF, Paris 2017.— Mémorial Genweb. — État civil (acte de naissance).

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable