Né le 6 novembre 1913 à Aurillac (Cantal), mort en action le 19 juin 1944 à Saint-Cirgues-de-Jordanne (Cantal) ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP).

Jean Mangart est le fils de Joseph Herman Mangart, crépisseur originaire de Gashurn (Vorarlberg, Autriche), marié à Aurillac le 17 décembre 1909 avec Marie, Françoise, Delpuech, née à Sarrus, commune de Freix-Anglards (Cantal). Il avait un frère, Antoine, François né en 1912 et marié à Saint-Illide (Cantal) en 1934. Pendant la première guerre mondiale toute la famille a été internée dans un camp de concentration français, à cause de l’origine autrichienne du père.
Jean Mangart rejoignit la Résistance en intégrant la Compagnie Léon, compagnie FTP du Cantal. Son pseudonyme était Marius.
Une partie des Francs-tireurs et partisans (FTP) s’étaient regroupée au maquis de Mandailles dans les premiers jours de juin 1944. Ils étaient une cinquantaine sous l’autorité théorique de Joussen, plus directe de Jamet alias lieutenant Bernard. Mandailles n’aurait dû être qu’une étape sur le chemin de la Margeride, mais d’après l’historien E. Martres, mais ce groupe resta dans la haute vallée de la Jordanne. « Il semble que le maquis fut averti de l’imminence d’une attaque. Le samedi 17 juin, dans l’après-midi, les troupes allemandes d’Aurillac (une partie des 10è et 15è compagnies du 95è régiment - la feldgendarmerie), des GMR et peut-être quelques miliciens, entreprirent de remonter la vallée de la Jordanne. A 18 heures elles dépassaient Saint-Cirgues-de-Jordanne, abattaient un maquisard sur la route. » (Martres)
Il s’agissait de Jean Mangart. Il avait 30 ans.
Il a servi dans les FFI au sein de la 1ère Compagnie FTP de Mandailles. En 1945, il a été reconnu "Mort pour la France".
Le nom de Jean Mangart figure sur la Stèle commémorative de Mandailles.
Sources

SOURCES : Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 54 et 55 : crimes de guerre à Mandailles . — SHD Vincennes, GR 16 P 389252, dossier Résistant de Jean Mangart (nc) . — AVCC Caen, AC 21 P 88076, dossier Jean Mangart (nc) . — Eugène Martres, Le Cantal de 1939 à 1945, les troupes allemandes à travers le Massif Central, Cournon, De Borée 1993 . — Jean Favier, Lieux de Mémoire et Monuments du Souvenir, Aurillac, éd. Albédia, 2007 . — Mgr de La Vaissière, Les journées tragiques dans le diocèse de Saint-Flour, Saint-Flour, Imprimerie Clavel, 1944 . — État civil (AD 15 en ligne) . — MémorialGenWeb.

Patrick Bec

Version imprimable