Né le 4 avril 1867 à Paris (Xe arr.), massacré le 8 septembre 1944 à Autun (Saône-et-Loire) ; journalier ; victime civile.

Léon Perrot était le fils d’Adèle Perrot, âgée de 20 ans, domestique rue Tracy, à Paris. Il fut placé à l’Assistance publique aux Hospices de la Seine. Il exerçait le métier de journalier. Il était veuf de Marguerite Nicole Nouveau.
Il fut tué par les allemands le 8 septembre 1944 et décéda à onze heures en son domicile, boulevard Mac-Mahon, à Autun (Saône-et-Loire). On ne connait pas avec précision les circonstances de sa mort. Ce jour-là les FFI avaient lancés l’assaut contre la garnison allemande d’Autun.
L’acte de décès fut dressé le 11 septembre sur la déclaration de Laurent Lassalle, 37 ans, économe des Hospices, domicilié à Autun. Il obtint la mention « Mort pour la France » par avis du ministère des Anciens combattants du 7 novembre 1950.
Il est inhumé dans la tombe familiale au cimetière communal, à Autun (Saône-et-Loire).
Son nom figure sur le monument aux morts, à Autun (Saône-et-Loire).
Sources

SOURCES : Mémorial Genweb.— État civil (actes de naissance et décès).

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable