Né le 9 mars 1905 au Grand-Bornand (Haute-Savoie), massacré le 10 août 1944 à Vieugy, ex-commune de Seynod, auj. Annecy (Haute-Savoie) ; marchand de bois ; victime civile ; aide à la Résistance organisée.

Paul Perrillat-Boiteux était le fils de César Auguste Perrillat-Boiteux et de Marie Josèphe Vulliet. Après des études primaires assez brillantes, il travailla à la scierie.
Marchand de bois, handicapé par deux pieds bots, il assurait les transports pour l’entreprise. Durant la guerre - il avait 34 ans à la déclaration de guerre - il fit de nombreux transports, même en dehors du département. Grâce à ses laissez-passer, il transportait de temps en temps autre chose que du bois et parfois des armes.
Le 2 août 1944, alors que le grand parachutage avait eu lieu la veille sur le Plateau des Glières, il fut arrêté par la Milice au col de Bluffy. La fouille du véhicule révèla des armes. Immédiatement arrêté, Paul fut amené à Annecy.
Est-ce que ce sont les Allemands qui l’exigèrent ou est-ce que la Milice fit du zèle pour plaire aux nazis, toujours est-il qu’il fut incarcéré à la prison annécienne de l’école de Saint-François.
Il fut exécuté le 10 août 1944 au lieu-dit le Pré d’Alle, sur la commune de Vieugy.
Il fut proposé qu’il soit inhumé à Morette, mais il fut enterré, à la demande de la famille, dans le cimetière du Grand-Bornand, son village natal, le 6 septembre 1944. « Courageux, il fit son devoir de Français avec simplicité et mourut en brave. Bon camarade, plein d’un enthousiasme exemplaire, il fit honneur à sa famille, à son village et à la Savoie » (Messager patriotique du 15 septembre 1944.)
Il fut reconnu « Mort pour la France » le 14 mai 1948. Il figure sur le monument aux morts du Grand-Bornand. En 1948, un monolithe de granit a été érigé sur le lieu où furent fusillés 40 patriotes, à Vieugy (Seynod) et en 2004, un panneau explicatif a été dressé à proximité. Une plaquette récapitulative est disponible en mairie de Seynod.
Sources

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — MémorialGenWeb.

Michel Germain

Version imprimable