Dans le Cimetière Nord
Dans le Cimetière Nord
Jean Bersac
Jean Bersac
Pierre Bouché
Pierre Bouché
Pierre Escudié
Pierre Escudié
René Herr
René Herr
James Lecomte
James Lecomte
Léon Leroy
Léon Leroy
Pierre Parisot
Pierre Parisot
Thérèse Pierre
Thérèse Pierre
Jacques Reiter
Jacques Reiter
André Tessier
André Tessier
Le monument aux martyrs de la Résistance
Le monument aux martyrs de la Résistance
« Fusillés » et « Tués au combat »
« Fusillés » et « Tués au combat »
Sur le monument aux morts d'Épernay
Sur le monument aux morts d’Épernay
La plaque de la gare SNCF
La plaque de la gare SNCF
La plaque des Ateliers SNCF
La plaque des Ateliers SNCF
À l'intérieur de la synagogue
À l’intérieur de la synagogue
2, rue Jean Pierrot
2, rue Jean Pierrot
Rue de Reims
Rue de Reims
SOURCE : 
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson
Août 1944
Le 5 août 1944, Georges DIÉ, capitaine des Francs-tireurs et partisans français (FTPF), membre de l’état-major départemental, a été abattu par un milicien rue de Reims.
Le 27 août 1944, Robert WATHIER, membre des Forces françaises de l’intérieur (FFI) surpris par une patrouille allemande lors d’un sabotage, a été grièvement blessé et il est décédé des suites de ses blessures.
Le 28 août 1944, quatre résistants Camille COLIN, René FOURNY, Victor KLAINE et Marcel PLAS sont morts au combat ou ont été abattus dans les combats de la libération de la ville.
Deux FFI sont décédés des suites de leurs blessures, Roger ZIMMERMANN le 30 août 1944, et Jacques PERNET le 1er septembre 1944.

Dans le Cimetière du Nord - 49, Impasse côte Legris
Dans le Cimetière Nord d’Épernay, des inscriptions et des plaques commémoratives rappellent le souvenir de plusieurs résistants victimes de la répression nazie, qui y sont inhumés :

- « Le Groupe de Résistance de Fronton à son regretté camarade - Jean Bersac mort pour la France le 21 août 1944 » (Jules BERSAC, FFI exécuté à Fronton, Haute-Garonne)
- « Pierre BOUCHÉ lieutenant FFI fusillé par les Allemands le 5 août 1944 dans sa 43e année » (à L’Épine, Marne)
- « Les Forces françaises combattantes à leur camarade Pierre ESCUDIÉ officier de renseignements mort pour la France » (fusillé le 5 août 1944 à L’Épine, Marne)
- « René HERR fusillé par les Allemands le 22 mars 1944 - 1915-1944 » (à L’Épine, Marne)
- « James LECOMTE - Résistant FTPF fusillé par la Gestapo - 1926-1944 » (fusillé le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
- « Ici repose Léon LEROY fusillé par la Gestapo le 22 mars 1944 dans sa 46e année - Souvenez-vous », à L’Épine)
- « Pierre PARISOT - Fusillé par les Allemands le 20 août 1944 à l’âge de 33 ans » (fusillé à Saint-Astier, Dordogne)
- « Thérèse PIERRE professeur morte pour la France à Rennes le 26 octobre 1943 - Victime de la Gestapo » (morte sous la torture à la prison Jacques Cartier de Rennes, Ille-et-Vilaine)
- « Jacques REITER - FFI mort pour la France le 9 juin 1944 dans sa 19e année à Saint-Avit (P. de D.) » (mort au combat dans le Puy-de-Dôme)
- « Ici repose André TESSIER fusillé par la Gestapo le 19 février 1944 à l’âge de 21 ans » (fusillé à L’Épine, Marne)

Sur le monument aux martyrs de la Résistance - Place de la République
Inauguré le 7 mai 1950 en présence du président de la République, Vincent Auriol, et de Pierre Schneiter, ancien sous-préfet de Reims à la Libération et frère d’André Schneiter, résistant exécuté sommairement à Tournes (Ardennes) le 29 août 1944, le monument aux martyrs de la Résistance d’Épernay se dresse au centre de la ville, place de la République.
Il a été érigé à l’initiative de l’Amicale des anciens FFI de la région d’Épernay pour honorer « la mémoire de leurs camarades morts pour la France en résistant aux occupants ».
Sa base est constituée d’une colonne cylindrique sur laquelle sont gravés 207 noms de « Fusillés », « Tués au combat », « Déportés et internés » et «  Victimes du racisme » recensés dans toutes les communes de l’arrondissement d’Épernay.
Ces listes de noms sont surmontées de trois statues symboliques de deux mètres de haut, représentant un tué au combat, un fusillé, un interné-déporté.
Dans sa partie supérieure qui culmine à 16 mètres de hauteur, le monument se transforme en colonne à trois faces surmontée d’une Croix de Lorraine et portant les inscriptions « 1940-1945 - Aux Martyrs - de la Résistance ».

Une plaque honore la mémoire du capitaine Pierre Servagnat, chef des Forces françaises de l’intérieur de l’arrondissement d’Épernay, décédé en 1995.

Trente-quatre noms figurent sur la liste des « Fusillés » qui comporte
- 22 fusillés après condamnation à mort par un tribunal militaire allemand
- 8 exécutés sommaires
- 1 mort en détention
- 1 mort en mission
- 2 morts pour lesquels aucune information n’a pu être obtenue

- ARVOIS Francia (exécuté sommairement le 21 août 1944 à Morsang-sur-Orge, Seine-et-Oise, Essonne)
- BARNIER Jean (exécuté sommairement le 22 août 1944 à Creney, Aube)
- BAUDRY Robert (fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
- BONNOT Lucien (fusillé après condamnation à mort le 5 août 1944 à L’Épine, Marne)
- BOUCHÉ Pierre (fusillé après condamnation à mort le 5 août 1944 à L’Épine, Marne)
- BRÉMONT Raymond (BRÉMONT René, fusillé après condamnation à mort le 6 juin 1944 à L’Épine, Marne)
- BUFFET Fernand (exécuté sommairement le 22 août 1944 à Creney, Aube)
- CAGNEAUX Gilbert (fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
- CHOLET Raoul (CHOLLET Raoul, mort en détention le 8 décembre 1943 à Reims, Marne)
- CHUQUET Maurice (fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
- CORNÉLIS René (exécuté le 22 août 1944 à Creney, Aube)
- DESTREZ Michel (fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
- DUBOIS Pierre (fusillé après condamnation à mort le 22 mai 1944 à Épinal, Vosges)
- DUCOS Julien (fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne),
- ESCUDIÉ Pierre (fusillé après condamnation à mort le 5 août 1944 à L’Épine, Marne)
- HERR René (fusillé après condamnation à mort le 22 mars 1944 à L’Épine, Marne)
- JEANSON Hubert (exécuté le 22 août 1944 à Creney, Aube)
- LAFOSSE Camille (fusillé après condamnation à mort le 22 novembre 1943 à Dijon, Côte-d’Or)
- LAINÉ Georges (fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
- LECOMTE James (fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
- LEMAIRE Pierre (?)
- LEROY Léon, (fusillé après condamnation à mort le 22 mars 1944 à L’Épine, Marne)
- MOREAU Henri (exécuté sommairement le 29 août 1944 à Tournes, Ardennes)
- MORET Pierre (MORET Roland, fusillé après condamnation à mort le 6 juin 1944 à L’Épine, Marne)
- PARISOT Pierre (exécuté sommairement le 20 août 1944 à Saint-Astier, Dordogne)
- RILLY Jacques (disparu le 31 juillet 1944 à Dijon, Côte-d’Or)
- SONDAG Roger (fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
- SOUDANT Camille (fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
- SOYEUX Marcel (fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
- SPECKAERT Henri (SPEECKAERT Henri (fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
- TESSIER André (fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
- VACHEZ Roger (exécuté sommairement le 22 août 1944 à Creney, Aube)
- VANSEVEREN Louis (fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
- CHARLOT Henri (?)

Jean GOUTMANN et Émile ROCHET, fusillés après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine (Marne), ne figurent pas sur cette liste.

Soixante-et-un noms figurent sur la liste des « Tués au combat » qui ont été inscrits dans cet ordre :

- ALI (?)
- AMOUR Fernand (mort en action le 27 août 1944 à Saint-Just-Sauvage, Marne)
- ALLIN Jean (décédé le 30 août 1944 des suites de blessures reçues au combat à La Celle-sous-Chantemerle, Marne)
- ANDRÉ Antoine (décédé le 29 août 1944 à Sézanne des suites de blessures reçues au combat la veille à Gaye, Marne)
- AUBERT Raymond (mort en action le 17 ou le 20 juin 1944 à Saint-Martin, Hautes-Pyrénées)
- BARDONNET Jean-Marie (mort en action le 28 août 1944 à Gaye, Marne)
- BARNIER Marcel (décédé le 29 août 1944 à Sézanne des suites de blessures reçues au combat la veille à Gaye, Marne)
- BEAUJARD Pierre (mort en action le 23 août 1944 en Savoie)
- BERNARD Pierre (mort en action le 28 août 1944 à Tours-sur-Marne, Marne)
- BERSAC Jules exécuté le 21 août 1944 à Fronton (Haute-Garonne)
- BIDAULT Julien (mort en action le 28 août 1944 à Gaye, Marne)
- BRION Jean (abbé, abattu lors de son arrestation le 22 juin 1944 à Clamanges, Marne)
- CHARBAUX Paul (mort en action le 28 août 1944 à Champaubert, Marne)
- COLIN Camille (mort en action le 28 août à Épernay)
- CONYNCKX (CONINCKX Ulysse, mort en action le 1er septembre 1944 à Clermont-en-Argonne, Meuse)
- CONDOURET Jean (mort en action le 22 août 1944 à Rochemaure, Ardèche)
- DELAIRE Henri (mort en action le 28 août 1944 à Damery, Marne)
- DELIMAL François (mort en détention le 21 mars 1944 à Paris)
- DENIS Fernand (mort en action le 28 août 1944 à Corfélix, Marne)
- DERÉGNAUCOURT Robert (mort en action le 29 août 1944 en Seine-et-Marne)
- DHAUSSY Fernand (mort en action le 28 août 1944 à La Forestière, Marne)
- DIÉ Robert DIÉ Georges (abattu par un milicien le 5 août 1944 à Épernay)
- DUSSOLIER Camille, mort en action le 29 août 1944 à La Celle-sous-Chantemerle (Marne)
- DUTRIPON Marcel (mort en action le 28 août 1944 à Gaye, Marne)
- FABRY Pierre (décédé le 29 août 1944 à Sézanne des suites de blessures reçues au combat la veille à Gaye, Marne)
- FOURNY René (mort en action le 28 août 1944 à Épernay)
- GALLAS Jean (mort en action le 23 novembre 1943 à Moslins, Marne)
- GAUNEL Marcel (tué accidentellement le 18 janvier 1944 à Oger, Marne)
- DEGARDIN Maurice (nom rajouté en bas de la première colonne ; homologué FFI ; Médaille de la Résistance décret 24 avril 1946 JO du 17 mai 1946 ; s’est marié pour la 3e fois en 1946 à Reims ?)
- HENRY Maurice (mort en action le 28 août 1944 à Gaye, Marne)
- ISRAËL Pierre (exécuté le 26 mars 1944 à Brantôme, Dordogne)
- JOUARRE (JOUARE Robert, mort en action le 27 août 1944 à Broyes, Marne)
- KELLER Marcel (mort en action le 1er août 1944 en Aveyron)
- KLAINE Victor (mort en action le 28 août 1944 à Épernay)
- LACHASSE Gilbert (mort en action le 2 septembre 1944 à Broussy-le-Grand, Marne)
- LANGUIN Maurice (mort en action le 28 août 1944 à Corfélix (Marne)
- LEFÈVRE Maurice (mort en action le 28 août 1944 à Tours-sur-Marne, Marne)
- LEROY Bernard (mort en action le 28 août 1944 à Gaye, Marne)
- LOPEZ Louis (abattu/mort en action le 28 août 1944 à Corfélix, Marne)
- MAÎTREJEAN Fernand (mort en action le 29 août 1944 à La Celle-sous-Chantemerle, Marne)
- MARÉCHAL Pierre (décédé le 29 août 1944 à Sézanne des suites de blessures reçues au combat la veille à Gaye, Marne)
- MICHEL Roger (mort en action le 28 août 1944 à Fère-Champenoise, Marne)
- MICHEZ Michel (mort en action le 23 novembre 1943 à Moslins, Marne)
- NOBLIN Pierre (décédé le 29 août 1944 à Sézanne des suites de blessures reçues au combat la veille à Gaye, Marne)
- NETTER Jean (mort en action le 14 octobre 1944 en Savoie)
- PERCHAT Guy (décédé le 29 août 1944 à Sézanne des suites de blessures reçues au combat la veille à Gaye, Marne)
- PERNET Jacques (décédé des suites de ses blessures le 1er septembre 1944 à Épernay)
- PICQUES Maurice (mort en action le 28 août 1944 à Champaubert, Marne)
- PLAS Marcel (mort en action ou abattu le 28 août 1944 à Épernay)
- PONCHE Maurice (décédé des suites de ses blessures le 19 octobre 1943 à Thonon, Haute-Savoie)
- RÉVOLTE Alfred (blessé lors de son arrestation le 3 juin 1944 à Damery, décédé des suites de ses blessures à Reims, Marne)
- RICHARD Émile (blessé le 1er août 1944 à Jâlons-lès-Vignes, décédé des suites de ses blessures le 5 août 1944 à Sézanne, Marne)
- SAND Georges (mort en action le 28 août 1944 à Broyes, Marne)
- VERRIER Oscar (mort en action le 28 août 1944 à Gaye, Marne)
- WATHIER Robert (décédé des suites de ses blessures le 27 août 1944 à Épernay)
- WEYNAND Aimé (tué accidentellement le 31 août 1944 à Chaltrait, Marne)
- ZIMMERMANN Roger (décédé des suites de ses blessures le 30 août 1944 à Épernay)

Deux noms ont été ajoutés à la liste alphabétique :
- LAVAL Pierre (mort en action le 10 juillet 1944 dans les Hautes-Pyrénées)
- MARANTA Michel (exécuté le 22 août 1944 à Montmirail, Marne)

Deux déportés figurent par erreur sur cette liste :
- BRUN Louis (déporté rentré, décédé en 1949)
- LÉGLISE Henri (mort en déportation)

Sur le monument aux morts - 7bis, avenue de Champagne
Deux plaques « 1939-1945 » ont été scellées à gauche et à droite du monument aux morts érigé devant l’Hôtel de Ville, sur lesquelles figurent les noms de :
- JESNE Jean (soldat au 4e Régiment de tirailleurs tunisiens décédé le 13 mai 1944 à Castelforte, Italie)
- NETTER Jean (mort en mission le 14 octobre 1944 en Savoie)
- REITER Jacques (mort au combat le 9 juin 1944 à saint-Avit, Puy-de-Dôme)
Sur la liste des « Victimes civiles » figure :
- BONNARD Pierre (tué le 28 août 1944 à Épernay)

Le monument aux morts de La Villa d’Aÿ
Sur le monument aux morts de La Villa d’Aÿ, situé dans le cimetière de cette commune rattachée à Épernay en 1965 figure le nom de :
- BARNIER Jean (exécuté le 22 août 1944 à Creney, Aube)

Sur la plaque commémorative de la gare SNCF - Place de la gare
À l’entrée de la gare SNCF d’Épernay a été apposée une plaque commémorative dédiée « À la mémoire des agents de la SNCF tués par fait de guerre » sur laquelle sont inscrits 34 noms parmi lesquels :
- BOUCHÉ Pierre PERC. AL. (Perceur-aléseur, fusillé après condamnation à mort le 5 août 1944 à L’Épine, Marne)
- CAGNEAUX Gilbert AJ. (Ajusteur, fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
- KLAINE Victor CANT. PAL. (Cantonnier Principal, tué le 28 août 1944 à Épernay
- LAFOSSE Camille MAN. (Manœuvre, fusillé après condamnation à mort le 22 novembre 1943 à Dijon, Côte-d’Or)
- LECOMTE James AJUS. (Ajusteur, fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
- PERNET Jacques MAN. (Manœuvre, décédé des suites de ses blessures le 1er septembre 1944 à Épernay)
- SONDAG Roger AUX. (Auxiliaire, fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
- WATHIER Robert CHAUD. (Chaudronnier, décédé des suites de ses blessures le 27 août 1944 à Épernay)

Sur la stèle des Ateliers SNCF, boulevard Joffre
Dans la cour des Ateliers SNCF d’Épernay a été érigée une stèle dédiée « À la mémoire des agents de la SNCF tués par fait de guerre » sur laquelle sont inscrits 27 noms parmi lesquels 7 noms qui figurent aussi sur la plaque commémorative de la gare :
- BOUCHÉ Pierre (fusillé après condamnation à mort le 5 août 1944 à L’Épine, Marne)
- CAGNEAUX Gilbert (fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
- LAFOSSE Camille (fusillé après condamnation à mort le 22 novembre 1943 à Dijon, Côte-d’Or)
- LECOMTE James (fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
- SONDAG Roger (fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne)
Deux noms ont été ajoutés en bas de cette liste :
- PERNET Jacques, (décédé des suites de ses blessures le 1er septembre 1944 à Épernay)
- WATHIER Robert, (décédé des suites de ses blessures le 27 août 1944 à Épernay)

En 2011, cette stèle a été transférée sur le site des TER, boulevard Joffre.

La plaque de la synagogue - 11, boulevard de la Motte
À l’intérieur de la synagogue d’Épernay a été apposée une plaque qui honore la mémoire de 43 victimes de la Shoah « Morts en déportation de 1942 à 1944 ».
Sous la mention « Coreligionnaires des guerres 1939-1945 » sont inscrits les noms de :
- ISRAËL Pierre, exécuté le 26 mars 1944 à Brantôme (Dordogne)
- NETTER Jean, tué en mission le 14 octobre 1944 en Savoie

Plaques individuelles
Deux plaques individuelles ont été apposées après la guerre :
- rue de Reims où Georges Dié a été abattu par un milicien le 5 août 1944 ; la plaque apposée initialement sur la façade d’un immeuble qui a été démoli, a été restaurée et placée sur une stèle érigée devant le numéro 25 de la rue de Reims
- 2, rue Jean Pierrot où Camille Colin a été tué au combat le 28 août 1944


Rues
- Avenue James et Gabriel Lecomte (James fusillé après condamnation à mort le 19 février 1944 à L’Épine, Marne ; son père Gabriel, mort en déportation)
- Rue Jean Barnier (exécuté le 22 août 1944 à Creney, Aube)
- Rue René Cornélis (à la fois sur Épernay et sur Magenta, exécuté le 22 août 1944 à Creney, Aube)
- Rue René Herr (fusillé après condamnation à mort le 22 mars 1944 à L’Épine, Marne)
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Marne, M 14 266, Monument aux martyrs de la Résistance d’Épernay. – Arch. Mun. Épernay, Mi 1 991, Monument aux martyrs de la Résistance. – Le Réveil de la Marne, 21 février 1946. – Jean-Pierre Husson, " Le monument aux martyrs de la Résistance d’Épernay " et " Lieux de mémoire de la 2e guerre mondiale à Épernay », site « Histoire et mémoires », CRDP-Académie de Reims, 2000-2016. – Jean-Pierre et Jocelyne Husson, La Résistance dans la Marne, dvd-rom, AERI-Département de la Fondation de la Résistance et CRDP de Champagne-Ardenne, Reims, 2013.

Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Version imprimable