Né le 23 juillet 1899 à Pers (Cantal), exécuté sommairement le 9 juillet 1944 à Thérondels (Aveyron) ; scieur ; victime civile.

Denis Raynal était le fils de François Raynal, originaire de Saint-Cirgues (Corrèze), menuisier à Pers et de Rosalie Raynal, fille d’un maçon et d’une aubergiste de Pers. Il effectue son service militaire dans l’aviation et participe aux campagnes d’Algérie en 1920 et du Maroc en 1921. Atteint d’une forme de paludisme, il est démobilisé et va travailler à Paris avant de se marier à Saint-Mamet (Cantal) le 17 avril 1923 avec Marie Louise Sournat, fille du meunier de Laveissière avec qui il a une fille née en 1923 à Rodez. Marie Louise est décédée le 9 septembre 1925 à l’âge de 22 ans. Denis Raynal a épousé en secondes noces à Thérondels le 8 février 1929 Maria Brand’huy originaire de Sainte-Geneviève (Aveyron). Ils ont eu une fille née en 1930.
En 1944, Denis Raynal était scieur chez Soulenq à Thérondels.
Après les attaques allemandes contre les maquis de la Truyère, trois colonnes ennemies commandées par Jesser recherchaient les maquisards repliés dans les Monts du Cantal autour de Brezons. Le dimanche 9 juillet 1944 les patrouilles allemandes reprirent autour de Narnhac, Vigouroux, Brezons. Dans l’après-midi une patrouille allemande s’avança jusqu’à Thérondels, surprenant des maquisards qui se ravitaillaient et des civils : un FFI est fait prisonnier dans le café Vidal à l’ouest de la place où les Allemands tirèrent sur les clients, en assassinant quatre. Deux jeunes de 18 ans, Michel Degoul et Victor Leymarie, deux pères de famille, Célestin Verrier et Denis Raynal.
Denis Raynal avait 45 ans.
Son nom est gravé sur le monument aux morts et sur une plaque apposée sur la place de Thérondels, ainsi que sur le monument de la Résistance à Sainte-Radegonde (Aveyron).
Sources

SOURCES : Eugène Martres, Le Cantal de 1939 à 1945 - Les troupes allemandes à travers le Massif Central, Cournon, De Borée 1993. — Jean Favier, Lieux de mémoire et monuments du souvenir, Albédia, Aurillac 2007. — Arch. départ. de l’Aveyron (listes de recensement). — Arch. départ. du Cantal (état-civil, registres matricules). — MémorialGenWeb.

Patrick Bec

Version imprimable