Né le 28 février 1913 à Jonquières (Vaucluse), exécuté le 22 août 1944 à Baix (Ardèche) ; employé SNCF ; victime civile.

Originaire de Travaillan (Vaucluse), Aimé Biscarrat était facteur aux écritures à la SNCF à Saint-Rambert d’Albon (Drôme). Marié à Fernande Tramier, père de deux enfants, il habitait à Orange (Vaucluse). Il fut pris comme otage par une forte colonne allemande se repliant le long de la vallée du Rhône, talonnée par les troupes américaines. Harcelée par les FFI (Forces françaises de l’Intérieur) de l’Ardèche, accrochée par un barrage FFI à Baix, attaquée par l’aviation alliée, elle se vengea sur la population en pillant et incendiant des maisons, puis en exécutant en représailles, le 22 août 1944, dix-huit otages tandis que, d’après Louis-Frédéric Ducros deux autres auraient disparu après avoir été sauvagement malmenés par les miliciens présents dans le convoi.
Une stèle à leur mémoire fut érigée à côté du monument aux morts de Baix.
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Vaucluse 4 W 9488 (recensement des crimes de guerre) et 238 W 43. ⎯ site internet Mémoire des hommes SHD Vincennes GR 19 P 61357⎯ Aimé Autrand, Le département du Vaucluse de la défaite à la Libération : mai 1940-25 août 1944, Avignon, Éd. Aubanel, 1965, p. 169-171. ⎯ Louis-Frédéric Ducros, Montagnes ardéchoises dans la guerre, tome III, Valence, 1981, p. 335. ⎯ Mémorial de la Résistance en Ardèche, Aubenas, ANACR, 1994, p. 46. ⎯ état civil (tables décennales).

Jean-Marie Guillon

Version imprimable