Les lieux. Le bois de Bascaules dans la commune de Toujouse est choisi comme lieu de repli et de cantonnement du maquis de Lussagnet (forêt de Laveyron) quand le commandement (les capitaines Naud puis Claverie) ont l’assurance que les Allemands connaissent son existence et donc menacent sa sécurité.
Le transfert a lieu entre la fin juillet et le 3 août. C’est un campement sommaire et provisoire installé dans une clairière autour des cabanes au lieu-dit « La palombière ». Il s’appuie sur la ferme de « Latéoulère »,Tuilerie, (famille Ducourneau) qui accueille hommes, armes et matériels.
Les faits. Au matin du dimanche 6 août, les maquisards, Villeneuvois pour la plupart et donc à proximité de leur domicile, ont obtenu une permission de 24 h. Une dizaine d’hommes sont demeurés sur place : parmi eux, Pierre FARINES et Gustav SILBERBACH, un jeune Tchèque déserteur de l’armée allemande, blessé lors de l’attaque du maquis ce 6 août. Henri Thiébaud, et Jean Labastie, pris à l’hôtel Lafontan sont fusillés vers 11h avec Pierre Farines. Un quatrième homme, Ernest Gosmet, raflé durant la phase d’approche et d’encerclement du maquis à eu la vie sauve. Ayant assisté à l’exécution, il témoignera de la dignité des trois hommes face à la mort. Traumatisé il ne reviendra jamais au bois de Bascaules. Jugé à Dax, Gustav Silberbach, sera fusillé à Saint-Paul-Les- Dax le 14 août 1944.
Dispersés après la tragédie, puis reconstitués en groupe de combat, les Résistants Villenevois participèrent à la libération de Mont-de-Marsan le 21 août 1944.
Les fusillés.
Pierre FARINES
Jean LABASTIE
Henri THIÉBAUD
Sources

SOURCES : Cd rom de l’ AERI La Résistance dans les Landes, septembre 2008. — Parcours de mémoire inauguré le 6 août 2016.

Jacques Fitan

Version imprimable