Une semaine après le débarquement allié en Provence, les unités allemandes stationnées en Savoie reçurent l’ordre de battre en retraite vers l’Italie. Tôt dans la matinée du 21 août à Chambéry, dix-huit prisonniers détenus à la caserne Curial, en majorité juifs, sont embarqués à bord d’un camion bâché et dirigés vers le stand de tir des Charmettes où ils furent exécutés. Parmi eux, un jeune Parisien de 15 ans, Roland Gordon, arrêté une semaine plus tôt à Aix-les-Bains. Un médecin belge, Charles Wirtheimer, en réchappa miraculeusement, atteint de plusieurs balles mais protégé du coup de grâce par le cadavre de son père. Le lendemain, Chambéry était libéré. Un médecin légiste, le docteur Buisson, procéda à l’autopsie des corps qui furent photographiés avant leur mise en bière. Après-guerre, une plaque commémorative fut apposée sur le mur du stand de tir à la mémoire des 17 victimes de la sauvagerie nazie :
ARONIN Sacha
BRUCHNER Sigmund
CHERLE Joseph
CHERLE Maurice
DONZEL Claude
DREYFUS Jean Donald
DRYSKA Antoni
DUCLOS Georges
FILDERMAN Marcel
GORDON Roland
JUGLARD René
KASPRZYCKI Stanislaw
MARCEL Louis
MAUDELIN Lucien Pierre Marius
SCHWAB André
VUILLERMET Jacques
WIRTHEIMER Seiwl

Jean-Pierre Ravery

Version imprimable