Né le 9 avril 1906 au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), exécuté le 21 août 1944 au stand de tir des Charmettes à Chambéry (Savoie) ; avocat à la cour d’appel de Paris ; résistant Front national-FTP.

Le 26 février 1937 en mairie du VIIIe arrondissement de Paris, Jean Dreyfus, avocat à la cour, avait épousé Paulette Wolff, avocate elle aussi. Le couple habitait 14 rue Montalivet Paris VIIIe puis était domicilié dans le XIVe arrondissement.
En 1944, il était réfugié à Chambéry sous le pseudonyme de Louis Delorme et travaillait au District principal au ravitaillement. Résistant, il rejoignit le maquis de Savoie. Arrêté dans le courant du mois de juillet, il fut emprisonné à la caserne Curiale occupée par l’armée allemande. Le 21 août au matin, avec 17 autres détenus, il fut transporté au stand de tir des Charmettes pour être exécuté à la mitrailleuse. Il a été identifié par son chef de service François Cambet.
Jean Dreyfus a été reconnu Mort pour la France.
Après guerre, ses états de service de résistant furent homologués au titre du Front National et des FTP. Il a été homologué RIF Résistance intérieure française et reconnu FFI.
Son nom est gravé sur le monument commémoratif de la Résistance du Havre et sur le monument aux morts du Palais de justice, Paris (Ier arr.)
Après-guerre, une plaque commémorative fut apposée sur le mur extérieur du stand de tir des Charmettes à la mémoire des 17 victimes ; son nom y figure.


Chambéry (Savoie), 21 août 1944 : stand de tir des Charmettes
Sources

SOURCES : Archives de Paris . — Arch. Dép. Savoie, 961W31. —SHD Caen AC 21 P 172795 (nc). — SHD Vincennes GR 16 P 192363. — MémorialGenweb. — Site Yad Vashem. — Notes Annie Pennetier.

Jean-Pierre Ravery, Michel Aguettaz

Version imprimable