Né le 25 avril 1918 à Exincourt (Doubs), mort en action le 7 septembre 1944 à Abbévillers (Doubs) ; ouvrier d’usine ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

André Véron était le fils de Arthur Alfred et de Julie Marie Schmitt. Il était marié avec Charlotte (non connu) et était père de trois enfants. Il exerçait le métier d’ouvrier d’usine aux usines Peugeot et était domicilié à Montbéliard.
Il entra dans la Résistance à la 4e compagnie du maquis du Lomont.
Le 7 septembre 1944, deux groupes du maquis attaquèrent l’avant-garde d’une colonne allemande de la 11e Panzerdivision qui venait du village de Croix. André Véron fut tué dans l’engagement aux alentours de La Tuilerie.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI), dossier SHD GR 16 P 590838 et AC 21 P 167968 (non consultés).
Son nom figure sur la plaque commémorative, à Abbévillers, sur le monument de la Libération, sur le monument aux morts, à Montbéliard et sur le monument commémoratif, à Pierrefontaine-lès-Blamont (Doubs).
Sources

SOURCES : Mémorial Genweb.

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable