Né le 3 décembre 1907 à Roulans (Doubs), massacré le 27 août 1944 à Séchin (Doubs) ; cultivateur ; victime civile.

Henri Rueff était le fils de Charles Marcel, ajusteur et de Marie Louise Esther Pahindriot, sans profession. Il était célibataire et exerçait le métier de cultivateur au hameau de Chenot, à Roulans.
Le 27 août 1944, les troupes allemandes en retraite passaient par Séchin. Elles étaient harcelées depuis plusieurs jours par le maquis. La veille un officier allemand, le capitaine Muller avait été tué. Elles furent de nouveau attaquées ce qui mit le feu aux poudres. En guise de représailles les Allemands mirent le feu au village et des unités SS investirent la commune. Cinq hommes dont Henri Rueff furent pris en otage. Avec lui il y avait le maire Charles Viennet, Abel Reichenbach, Léopold Reichenbach, et Pierre Lavigne. Vers 18 heures, ils furent emmenés sur les capots des véhicules allemands et fusillés à 200 mètres du village au pied d’un buisson au lieu-dit "L’Abreuvoir" où leurs corps furent retrouvés le lendemain à huit heures.
Il obtint la mention « Mort pour la France ».
Son nom figure sur le monument de la Libération, à Besançon et les monuments aux morts, à Roulans et Séchin (Doubs).
Sources

SOURCES : Articles du journal L’Est républicain.— Mémorial genweb.— État civil (acte de naissance).

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable