Né le 30 novembre 1924 à Avignon (Vaucluse), exécuté dans la nuit du 26 au 27 août 1944 à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) ; sympathisant de la Résistance, victime civile.

Sa mère étant décédée en août 1940, le jeune René Chandeysson fut confié par son père qui résidait au Pontet (Vaucluse) à sa sœur, Marie Chandeysson épouse Cabrol. Il fut arrêté le 25 août 1944 avec Alfred Eysseric alors qu’ils portaient le cercueil de Paul Semard abattu la veille à La Carrière par des éléments de la 8e compagnie du 3e régiment de la division Brandebourg. L’armée allemande était alors en repli le long de la vallée du Rhône, attaquée par l’aviation alliée, talonnée par les troupes américaines débarquées le 15 août dans le Var et harcelée par les résistants. Les éléments de la 8e compagnie installée à Pont-Saint-Esprit (Gard) en étaient partis après le bombardement du 15 août et s’étaient établis le 24 au château Chaigne, quartier de Vinsas, à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche). C’est là que René Chandeysson et Alfred Eysseric furent conduits le soir. Ils y furent rejoints par Régis Laplanche et Pierre Tondini, ce dernier, blessé, étant roué de coups. Ils furent interrogés le 26 et abattus dans la nuit à 1 heure du matin. Seul, Régis Laplanche survécut à l’exécution en faisant le mort.
Le nom de René Chandeysson figure sur la stèle « aux victimes de la barbarie nazie » érigée après la Libération et sur le monument aux morts, à Bourg-Saint-Andéol. La commune a donné son nom à une rue.
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 157. — Arch. Dép. Gard, 3 U 7 206 (cour Justice de Nîmes, dossier Béraud). — Site mémoire des hommes SHD Caen AC 21 P 323928 (nc). ⎯ Mémorial de la Résistance en Ardèche, Aubenas, ANACR, 1994, p. 18. — Mémorial GenWeb.

Jean-Marie Guillon

Version imprimable