Né le 8 ou le 9 septembre 1923 à Serra-di-Scopamène (Corse-du-Sud), fusillé le 23 août 1944 à L’Isle-Adam (Seine-et-Oise, auj. Val-d’Oise) ; élève architecte aux Beaux-Arts à Paris ; résistant, Défense de la France.

Simon Varsi
Simon Varsi
Fils de Jean, Augustin Varsi, président de la délégation spéciale de Bonifacio à la Libération de la Corse, et de Vincentine Comiti, Simon Varsi était élève en deuxième année d’architecture à l’école des Beaux-Arts de Paris.
Sous-lieutenant au sein du corps franc de Défense de la France, son groupe avait organisé des dépôts d’armes dans la forêt de L’Isle-Adam ; il avait été intégré dans le maquis FFI de la forêt de l’Isle-Adam. C’est au cours d’un transport de matériel que Jean et Michel Reberteau, Clément Roche et Simon Varsi furent interceptés le 22 août 1944 par une patrouille allemande. Il semblerait que leur voiture soit tombée en panne. Les captifs furent interrogés, puis abattus le lendemain. Les corps furent retrouvés le 14 septembre 1944 seulement, à l’entrée du domaine du château des Forgets, à L’Isle-Adam, sur la route Conti.
Simon Varsi fut inhumé définitivement dans le cimetière marin de Bonifacio.
Son père, Augustin Varsi, démissionna à l’annonce de la mort de son fils. Il mourut en 1968.
L’attribution de la mention « mort pour la France » n’a pas encore pu être établie. Simon Varsi fut homologué en tant que déporté et interné de la Résistance, et membre de la Résistance intérieure française (GR 16 P 586427 ; AC 21 P 686752). Il reçut la médaille de la Résistance à titre posthume (décret du 17 décembre 1959 ; Journal officiel du 12 décembre suivant) et la croix de guerre 1939-1945.
Son nom figure en divers endroits. Dans le VIe arrondissement de Paris, sur le monument commémoratif de l’école des Beaux-Arts, la plaque commémorative du lycée Buffon (XVe arr.) et celle du lycée Michelet à Vanves (5, rue Jullien). À Montrouge, sur le monument aux morts. À Luzarches, sur la stèle commémorative 1939-1945. À Bonifacio, sur le monument aux morts, et deux plaques commémoratives, dont celle qui est près de l’église Saint-Dominique. À Serra-di-Scopamène, sur le monument aux morts, et sur celui du cimetière de Bastia.
Le 30 août 1944, la délégation spéciale de Bonifacio prenait la délibération suivante : « Considérant que le nom de Simon Varsi mérite de passer à la postérité pour le courage dont il a fait preuve, décide que la rue Casteletto portera désormais le nom de Simon Varsi ».
Sources

SOURCES. SHD Caen et Vincennes (n.c.). — Sites Internet : Mémoire des hommes ; Mémorial GenWeb. blog François Canonici ; musée de la Résistance en ligne.

Iconographie
ICONOGRAPHIE. Mémorial GenWeb

Frédéric Stévenot

Version imprimable