Née le 15 mars 1890 à Saint-Étienne-de-Montluc (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), massacrée le 15 août 1944 à Saint-Étienne-de-Montluc ; cultivatrice ; victime civile.

Domiciliée au hameau de Moulin-Neuf, commune de Saint-Étienne de Montluc, cultivatrice, célibataire, Jeanne Moisan est une victime civile du massacre du 15 août 1944, perpétré par les soldats allemands en représailles à la mort d’un officier dans une escarmouche avec des résistants FFI le 14 août.
Le 15 août des soldats allemands vinrent récupérer le corps de l’officier et pratiquèrent des représailles. La maison où la famille et des voisins veillaient la petite Madeleine Sicot, 10 ans (tuée la veille par une balle perdue), fut mitraillée, son père et sa sœur furent blessés. Jeanne Moisan et sa soeur Marie Lefeuvre voyant leur maison brûler, sortirent mais furent tuées par des balles allemandes et carbonisées. La fille de Marie Lefeuvre, Marcelle, 14 ans, fut grièvement blessée à la tête.
Le massacre fit cinq victimes.
Une plaque commémorative figure dans l’église de Saint-Étienne-de-Montluc avec les noms des victimes civiles.
Une commémoration a lieu chaque 15 août.
Saint-Étienne-de-Montluc, lieu-dit Moulin-Neuf (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), 14 et 15 août 1944
Sources

SOURCES : Jean-Pierre Sauvage, Xavier Trochu, Mémorial des victimes de la persécution allemande en Loire-Inférieure 1940-1945, Nantes, 2001.— Ouest France, 14 août 2020, édition Nantes Métropole-Erdre et Gesvres. — Mémorial Genweb.

Annie Pennetier

Version imprimable