Né le 8 décembre 1925 à Nice (Alpes-Maritimes), abattu le 30 mars 1944 à Thônes (Haute-Savoie) ; ouvrier manutentionnaire ; résistant des Glières.

Au début de la guerre, Robert Tesseire vivait avec ses parents 32 boulevard Pierre Sola, à Nice. En février 1944, il avait rejoint, avec son frère Georges, le Plateau des Glières dans la section « Hoche », commandée par le lieutenant Joubert.
Après l’ordre du 26 mars 1944 de rejoindre les maquis d’origine, il décrocha avec tous les camarades de sa section, dont son frère Georges. Parvenu au col du Perthuis, les deux frères se perdirent de vue. Robert descendit avec d’autres maquisards sur La Balme-de-Thuy, où il fut pris par les Allemands.
Torturé, il fut abattu d’une balle dans la tête, alors qu’il tentait de fuir, au moment où un groupe de maquisards était fusillé au siège de la Gestapo de Thônes, (le Villaret), le 30 mars 1944, à 6 heures du matin.
Il est inhumé dans la nécropole militaire nationale de Morette, tombe n°100. Il fut reconnu « Mort pour la France » et homologué FFI et interné résistant. Son nom figure sur le Mur du souvenir élevé à l’entrée de ladite nécropole et à Nice (Monument aux Morts du quartier de Cimiez ; Plaque commémorative du groupe scolaire Bischoffsheim).
Sources

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — MémorialGenWeb. — Mémoire des Hommes. — Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 561032.

Michel Germain

Version imprimable