Le groupe ou maquis Péguy fut décimé entre le 4 et le 8 juillet 1944 au cours de trois affrontements avec l’ennemi. 24 maquisards perdirent la vie tués au combat ou fusillés.

Le 4 juillet 1944 à 9h30 un détachement du maquis se présenta sous ses ordres à la perception de Cosne pour une simple opération de réquisition. Le percepteur de Cosne qui était un ancien de 14/18 et patriote prétexta que la clef du coffre était en réparation et entraîna le groupe un peu naïf chez le serrurier. Un témoin prévint le commissariat de police qui alerta la sous-préfecture. Le préfet et un groupe de miliciens se trouvaient malheureusement présents lors du coup de téléphone. Les miliciens partirent en chasse des résistants et les attaquèrent au lieu-dit "Presle" sur la route de Cours. André Vilnat, René Barbu et un troisième homme purent s’échapper. Le lieutenant André Fournier, adjoint du chef de groupe et Pierre Bouy, dit "Le Marin" ou "Surcouf" furent capturés et fusillés le lendemain à la caserne de Cosne.
Les rescapés du maquis s’installèrent dans une clairière, à proximité de la maison-café de M. Firmin Larue. Le groupe fut attaqué par surprise par les Allemands le 8 juillet 1944 à 4 heures du matin. Les neuf résistants dont René Barbu furent tués au cours du combat au lieu-dit "Les Grands-Bois", à La Chapelle-Saint-André (Nièvre). Le maquis Péguy était cette fois entièrement décimé.
Firmin Larue fut brûlé dans sa maison tandis que sa femme, deux de leurs filles et une voisine, Solange Betoux furent emmenées par les Allemands et emprisonnées à Moulins.
Liste des tués (à faire)
Sources

SOURCES : Jean-Claude Martinet Histoire de l’Occupation et de la Résistance dans la Nièvre 1940-1944, éditions Delayance, La Charité-sur-Loire, 1987.— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable