Né le 25 mars 1915 à Doyet (Allier), exécuté sommairement le 20 juin 1944 à Saint-Paulin (Haute-Loire) ; garçon de café ; victime civile.

Fils de Henri et de Marie Antoinette Sanvoisins, Georges Auberger épousa Jeanne Pandraud. Il était garçon d’hôtel et habitait Saint-Étienne (Loire), rue Charles Fraissinet.
Il fut abattu le 20 juillet 1944 à 10 heures au pont de Ribbes par les soldats allemands engagés dans les des combats de Saint-Paulien alors qu’il était en vacances et rentrait chez lui en vélo, accompagné de son petit garçon.
Son nom -orthographié Auberge- figure sur la Stèle commémorative des F.T.P.F. du camp de Wodli à Saint-Paulien.
Sources

SOURCES : Fernand Boyer, Témoins de pierre du sang versé. Les monuments de la résistance en Haute-Loire, Le Puy, éditions de la Société académique, 1983 .— Mail de Raymond Vacheron, octobre 2019. — MémorialGenweb.

Eric Panthou

Version imprimable