Né le 2 septembre 1891 à La Bresse (Vosges), exécuté sommairement le 21 septembre 1944 à La Bresse ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Constant Géhin était le fils de François Henry et de Marie Joséphine Perrin. Il se maria le 28 avril 1920 à La Bresse avec Marie Léontine Toussaint. Il exerçait le métier de bûcheron à La Bresse.
Il entra dans la Résistance comme maquisard du GMA (Groupe mobile Alsace-Lorraine) de la "Piquante-Pierre".
En septembre 1944 l’effectif du maquis était de 1300 hommes. Les colonnes allemandes montèrent à l’assaut du maquis dans la nuit du 19 au 20 septembre 1944. L’attaque nazie fut déclenchée à l’aube du 20 septembre sous un épais brouillard, ce qui empêcha l’appui aérien favorisant ainsi les résistants qui repoussèrent toutes les attaques de l’ennemi qui se poursuivirent jusqu’à 18 heures puis les maquisards se replièrent. Cependant 73 FFI et 10 civils furent tués ou fusillés les 16, 20 et 21 septembre 1944. Les pertes allemandes étaient de 480 tués, blessés, prisonniers.
Constant Géhin fut capturé par l’ennemi le 20 septembre et fusillé le 21 au lieu-dit "Le Pré de l’Orme", à La Bresse.
Constant Géhin obtint la mention « Mort pour la France » et le titre de "Déporté et interné résistant" (DIR) et fut homologué comme soldat de la Résistance intérieure française (RIF), dossier SHD GR 16 P 249384 (non consulté).
Son nom figure sur monument commémoratif du maquis de "la Piquante Pierre", à Basse-sur-le-Rupt, sur les monuments commémoratifs du Pré de l’Orme et des fusillés de la Vologne et le monument aux morts, à La Bresse et sur le Parchemin inséré dans le monument du Col du Haut-Jacques dédié aux forestiers résistant 1939-1945, à Taintrux (Vosges).
Sources

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable