Né le 4 janvier 1918 à Lamothe (Haute-Loire), exécuté sommairement ou mort au combat le 16 août 1944 à Bournoncle, aujourd’hui Bournoncle-Saint-Pierre (Haute-Loire) ; agent SNCF ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Fils de Paul et de Marguerite Bacon, René Delair -parfois orthographié Delaire- était agent à la SNCF et habitait 4 rue du Paradis à Brioude (Haute-Loire). Il épousa Rose Soubeyroux.
Il rejoignit la Résistance à une date qu’on ignore et appartenait au groupe "Pierre Louis" en Haute-Loire, 11ème Bataillon des Mouvements unis de la Résistance (MUR).
Le 16 août 1944, une forte colonne allemande de plusieurs dizaines de camions comprenant aussi de nombreux miliciens du Cantal se dirigeait vers l’Est. Vers 18 heures, près du village de Bard, commune de Bournoncle-Saint-Pierre un petit groupe de 27 maquisards du groupe "Pierre Louis" n’hésita pas, en rase campagne, à ouvrir le feu sur le convoi. 22 maquisards furent tués, et parmi eux René Delair alias Totor. Le fait qu’il ait été reconnu déporté-interné laisse à penser qu’il aurait été arrêté avant d’être exécuté sommairement plutôt que mort au combat.
Il a été reconnu "Mort pour la France", homologué FFI pour la période du 31 mai au 16 août 1944 et Déporté-interné de la Résistance (DIR).
Son nom figure sur le monument commémoratif 1939-1945 à Bournoncle et sur les monuments aux Morts à Brioude et Lamothe.
Sources

SOURCES : AVCC Caen, AC 21 P 114923, dossier René Delair (nc). — SHD Vincennes, GR 16 P 167384, dossier résistant René Delair (nc). — Fernand Boyer, Témoins de pierre du sang versé. Les monuments de la résistance en Haute-Loire, Le Puy, éditions de la Société académique, 1983 .— Mémorial Genweb. — Généanet.

Eric Panthou

Version imprimable