Né le 24 août 1920 à Combovin (Drôme), mort en action le 22 juin 1944 à Combovin ; résistant des FFI.

Lucien Faure était le fils d’Eugène, marchand de tissus, né en 1885 à Chantelouve (Isère), et de son épouse Delphine née Bochon en 1891 à Combovin. Il avait un sœur prénommée Claire, née en 1911 à Combovin.
En juin 1944, maquisard du Vercors, il était cantonné à Combovin avec son unité des FFI. Lors de l’attaque allemande du 22 juin, opérateur radio, il se trouvait, avec trois autres combattants, à la ferme des Grioles. Ils combattirent jusqu’à épuisement de leurs munitions. Ses compagnons furent retrouvés criblés de balles. En cherchant un peu plus dans la ferme, on découvrit au fond de la citerne, Lucien Faure, 24 ans, agonisant, qui une fois remonté à l’aide de cordes de parachutes, rendra son dernier soupir. Le malheureux était criblé de balles et, alors qu’il vivait encore, les Allemands l’avaient torturé en lui transperçant les joues à coups de baïonnettes avant de le jeter dans le puits.
Lucien Faure obtint la mention Mort pour la France et fut homologué FFI. Son nom est inscrit à Combovin sur une stèle et une plaque commémoratives et sur le monument aux Morts, ainsi qu’à Valence sur la plaque commémorative aux Martyrs de la Résistance.


Voir Combovin (Drôme), 22 juin 1944
Sources

SOURCES : Cdt Pons, De la Résistance à la Libération, rééd. 1987, p. 268. — Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, 14e édition, 1991, p. 174. Monument aux morts Combovin. — Robert Serre, Monographie : Le puits de la Ferme des Griolles à Combovin dans le Musée de la Résistance en ligne. — Acte de naissance et recensement de 1936 à Combovin (AD de la Drôme en ligne). — Recensement 1921 à Combovin (AD Drôme en ligne). — MémorialGenWeb. — Mémoire des Hommes. — Service historique de la Défense, Caen, AC 21 P 182533 (nc).

Dominique Tantin

Version imprimable