Les 15 et 23 juin 1944, 15 résistants de Lesconil ont été exécutés sur la dune de La Torche en Plomeur.

Le 6 juin 1944 à Plomeur, vers 21h deux soldats de l’armée allemande d’origine russe exigèrent du maire de la commune Louis Méhu, de la colle pour apposer des affiches proclamant l’état de siège et un employé municipal pour les accompagner ; Isidore Le Garo les suivit. Prévenu, le groupe de résistants FTP de Plobannalec-Lesconil assisté de résistants des communes environnantes investit le bourg de Plomeur, carrefour de routes venant du Guilvinec et de Penmarc’h où stationnaient de fortes garnisons allemandes. Les résistants arrêtèrent les colleurs d’affiches ainsi que deux soldats d’origine allemande et les emmenèrent dans l’ancien presbytère de Plonivel en Plobannalec . Le lieutenant Piking, adjoint au capitaine Schuttenhelm, chef du détachement des 3e et 4e compagnie du 800e bataillon de Caucasiens qui cantonnait à Beuzec-Cap-Caval en Plomeur mit le maire Louis Méhu en état d’arrestation. Il fut rejoint par une vingtaine d’hommes raflés le 7 juin à Plomeur. Le 9 juin à l’aube, les résistants cachés dans les fermes de Brézéan furent capturés par la troupe allemande : Corentin Béchennec, Georges Donnart, Lucien Durand, Lucien Dréau marins-pêcheurs, Louis Larnicol, instituteur public, Joseph Trébern, marin-pêcheur et Émile Stéphan, hôtelier. L’après-midi, leurs camarades repliés dans l’ancien presbytère à Plonivel et peu armés durent capituler devant l’attaque allemande. Pierre Cossec, marin pêcheur, le jeune Yves Biger, et Jean-Marie Cadiou furent arrêtés, ainsi que Pierre Daniel, Pierre Quéméneur et Ange Trébern. Le résistant Antoine Volant tenta de s’enfuir en traversant l’anse du Steïr mais fut abattu au lieu-dit Kervéol, commune de Plobannalec. Son frère Yves Volant mortellement blessé mourut peu après son transfert à Pont-Labbé, où l’École Saint-Gabriel réquisitionnée par la Wehrmacht était devenue le siège de la FeldKommandandur, une caserne et une prison
Les quatre prisonniers libérés reconnurent leurs geôliers et les autres participants à l’occupation du bourg de Plomeur. Trois marins âgés qui étaient venus raisonner les jeunes francs-tireurs pour qu’ils libèrent leurs prisonniers afin d’éviter des représailles, furent reconnus comme des geôliers : il s’agissait de Étienne Cariou , Corentin Divanach et Julien Faou .
Le tribunal militaire de la Feldkommandantur FK 752 présidé par le général Duvert, commandant de la 265e division, siégea à l’école Saint-Gabriel à Pont-Labbé dans la salle Saint-Louis dont les murs avaient été recouverts de draperies rouges, et prononça neuf condamnations à mort le 14 juin.
Dans la nuit du 10 au 11 juin, le résistant FTP, Louis Larnicol, instituteur public détenu à Saint-Gabriel avait été massacré, accusé d’un geste de rébellion. Le lendemain 12 juin, c’est le maire Louis Méhu qui est fusillé dans un dortoir.
Le 12 juin, une nouvelle rafle à Plobannalec-Lesconil provoqua l’arrestation de nombreux résistants dont six de Lesconil qui furent condamnés à mort le 22 juin par le même tribunal. Le jugement fut exécuté le 23 juin à 22 h 20 pour Étienne Cariou, Corentin Divanach et Julien Faou, âgés de 39 à 42 ans puis à 22h28 pour Albert Larzul, Armand Primot et Prosper Quéméner, trois jeunes âgés de 19 à 22 ans.
Ils ont été fusillés sur les dunes de La Torche en Plomeur, les 15 et 23 juin, et enterrés dans le sable. Ils sont tous morts courageusement avec ce cri « Vive la France ».
Le procès verbal d’exhumation daté du 8 août 1944 indique que certains suppliciés portaient des liens de fer ou en cordes autour des coudes et des poignets. Le 31 août 1944, une foule accompagna les cercueils au cimetière de Plonannalec en attendant que le carré des fusillés soit aménagé dans le cimetiète de Lesconil où ils reposent.
Vingt patriotes, dont Isidore Garo, moururent en déportation.
Après la Libération, le 17 juin 1945, un immense hommage avec défilé sur les dunes rassembla les organisations résistantes et politiques et la population.
Une stèle a été élevée sur la dune ; déplacée en raison de l’érosion de la dune par la mer, elle se trouve derrière la Pointe de la Torche.
« Ici ont été fusillés par les bandits hitlériens 15 des martyrs de Lesconil héroïques combattants des Francs Tireurs et Partisans Français.
Le 15 juin 1944.
BÉCHENNEC Corentin
BIGER Yves
CADIOU Jean Marie
DANIEL Pierre
DONNART Georges
DURAND Lucien
QUEMENER Pierre
TREBERN Ange
TREBERN Joseph
Le 23 juin 1944 :
CARIOU Etienne
DIVANACH Corentin
FAOU Julien
LARZUL Albert
PRIMOT Armand
QUEMENER Prosper »
Sources

SOURCES : AVCC, Caen. — Georges-Michel Thomas, Alain Le Grand, Le Finistère dans la guerre 1939-1945, tome 2 , p. 317 à 328 . — Arch. Dép. Finistère. — Guerre et Résistance en pays bigouden : /https://bigouden1944.wordpress.com/....

Annie Pennetier

Version imprimable