Né le 22 mars 1903 à Tanlay (Yonne), massacré le 27 août 1944 à Commissey, aujourd’hui Tanlay (Yonne) ; cheminot ; victime civile.

René Picoche était marié et père de deux enfants. Il était domicilié à Laroche-Saint-Cydroine (Yonne). Il entra le 29 mars 1928 à la Compagnie de chemin de fer du PLM comme journalier manœuvre à l’essai au dépôt de Laroche, à Migennes (Yonne). Il passa manœuvre à l’essai le 1er avril 1928 et fut autorisé à remplir les fonctions de chauffeur le 3 août 1928. Il fut nommé manœuvre le 1er avril 1929 puis aide-ouvrier le 1er septembre 1936. Il passa chauffeur de route le 1er avril 1937.
Le 27 août 1944, une colonne allemande lança des obus sur le village de Commissey (Yonne) y mettant le feu et se mit à tirer sur la population. René Picoche participa à l’extinction des incendies sur réquisition du maire et fut abattu pour cette raison par les Allemands en compagnie de Georges Rigault.
Il obtint la mention « Mort pour la France » apposée sur son acte de décès en 1945. Son nom figure sur la plaque commémorative apposée sur la façade de la maison au 21 rue Haute à Commissey, sur le monument aux morts, la plaque commémorative 1939-1945 du dépôt de Laroche, la plaque commémorative 1939-1945 de la SNCF en gare de Laroche-Migennes, à Migennes (Yonne) et sur la plaque des agents SNCF du 1er arrondissement au centre Henri-Lang, en gare de Paris-Lyon, à Paris (XIIe arr.)
Sources

SOURCES : Hervé Barthélemy et Véronique Desormeaux dans le Mémorial des Cheminots victimes de la répression 1940-1945 sous la direction de Thomas Fontaine, éd. Perrin/SNCF Paris, 2017 pages 1176.— Mémorial genweb.

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable