Le 18 juin 1940 43 prisonniers de guerre des régiments de tirailleurs africains furent délibérément assassinés par l’armée allemande. Un 44e rescapé du massacre fut abattu quelques jours plus tard.

Le 16 juin 1940, Clamecy fut occupée par l’armée allemande qui fit des prisonniers qui furent répartis dans trois camps autour de la ville. Parmi eux, il y avait des soldats appartenant aux régiments de tirailleurs Africains appelés à tort Sénégalais. Le 18 juin 1940, 44 de ces prisonniers vont être sortis des camps et conduits vers le petit bois de la Pépinière. La propagande raciste du régime nazi a fait de ces soldats des sous-hommes qu’il faut éliminer. La haine de ces hommes remontait à la Première Guerre mondiale au cours de laquelle ils s’était battus courageusement et à l’occupation de la Ruhr à laquelle ils avaient participé, ce qui était une humiliation pour l’Allemagne.
Ils vont être massacrés sous le prétexte que l’un d’eux aurait mordu violemment un officier allemand visitant le camp de prisonniers.
Le massacre va se faire en deux phases. Un premier groupe de 21 hommes fut exécuté en représailles. Un second groupe de 21 dut enterrer les morts du premier. Ils auraient été également exécutés en raison de leur manque d’envie à faire cette besogne. Les corps vont rester cinq jours dans le bois avant que le maire les fasse enterrer dans une tranchée à cause du manque de cercueils.
L’un d’eux avait réussi à s’échapper. Il aurait erré plusieurs jours avant d’être repris dans la cour d’une ferme où il se trouva en face de gendarmes allemands qui l’abattirent aussitôt. Il fut enterré au cimetière d’Oisy, sur la demande du maire, avec l’accord des occupants, à condition que l’inhumation ait lieu très tôt le matin ou à la nuit tombée. Son nom est resté inconnu mais il y a un chemin du 44e tirailleur.
Deux autres tirailleurs furent fusillés par les Allemands en juillet 1940 au lieu-dit La Rochette, à Clamecy car ils étaient porteurs de couteaux ou rasoirs.
Les tirailleurs exhumés de la Pépinière furent placés le 20 juin 1948 dans l’ossuaire du cimetière, puis déplacés une dizaine d’années plus tard. Leurs restes ont bizarrement disparus.
Un monument à leur mémoire par le sculpteur Robert Pouyaud a été inauguré le 20 juin 1948 sur le lieu de leur exécution, à la sortie de la ville, sur la gauche de la D 144 en direction de La Charité et Varzy. Il portait l’inscription suivante : "Ici ont été massacrés par les Allemands 43 Soldats Français Africains", sans aucun nom.
En 2012, une plaque a été rajoutée avec les noms et une citation de Léopold Sédar Senghor : « On fleurit les tombes, on réchauffe le soldat inconnu - Vous mes frères, personne ne vous nomme ».
Les victimes :
ABDESSELEM BEN HAMOUAD
ABDOU THIAM
AMARY N’DIAYE
ASSAMOI N’GATTA
BEN AMEUR Ahmed
BIHI BEN AOMAR
BOULEGHAME Ahmed
DALLA Mansour
EL HABIB Ben Ahmed
FARES Abdelkader
FAYA TOHNO
FORTAS Embareck
GHOUTI Otmane
IRIE BI N’GUESSAN
K’BOURE POTORO
KEKOUTA
LABILA Toghba
MARIKO DIANSO
N’BAKONE
NOUMOU Moussa
OUM EL AZ Ameur
RAHAL Ben Mohamed
SAADOUNE Messaoud
SEGUI Togora
SLIMANI Kadour
SOFEGUÉ Tuo
TOGBA CÉCÉ
TRAORÉ Sayon
YAHIA OULD Mohammed
YENDAOGO René
ZAA
ZIANE Ahmed
INCONNU 1
INCONNU 2
INCONNU 3
INCONNU 4
INCONNU 5
INCONNU 6
INCONNU 7
INCONNU 8
INCONNU 9
INCONNU 10
INCONNU 11
INCONNU 12 dit le 44e fusillé
Sources

SOURCES : Wikipédia Clamecy (Nièvre) chapitre histoire.— https://adelaitre.pagesperso-orange.fr/43tirailleurs.htm.— Les 43 Tirailleurs » du massacre de Clamecy ou comment réincarner l’histoire documentaire par Mireille Hannon
27 juin 2011.— Johann Chapoutot et Jean Vigreux Des soldats noirs face au Reich.— Michaël Boudard La Nièvre et ses prisonniers de guerre (1940-1945) Tome 1 : 1940, L’année terrible, 2018.— Mémorial Genweb.

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable