Né le 13 août 1923 à Izieux, aujourd’hui Saint-Chamond (Loire), mort au combat le 29 août 1944 à Brignais (Rhône) ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP), camp Wodli.

Fils de Michel, 27 ans, manoeuvre, et de Juliette Jouassard, 24 ans, sans profession, Antoine Seux se maria le 7 juin 1943 à Terrenoire, aujourd’hui commune de Saint-Etienne (Loire) avec Anna Juliette Sabot. Il demeurait à Terrenoire.
Il rejoignit la résistance et le camp FTP Wodli en Haute-Loire du 1er juin 1944 au 26 août 1944, date à laquelle sont formés les 304è et 305è Bataillon FFI-FTP. Il devint caporal. Ces bataillons vont - avec les autres unités FFI de la Région et non seulement les FTP - participer aux combats pour la libération de Lyon, effective le 3 septembre 1944.
Il fut tué au combat à Brignais dans des circonstances qu’on ignore. Des combats ont eu lieu dans ce secteur à la même époque entre la résistance, notamment des FTP de l’Ardèche et les troupes allemandes remontant la vallée du Rhône pour rejoindre Lyon. Gaston Jomard, FFI, Maquis d’Auvergne fut également tué le même jour dans cette commune tout comme Claudius Berlier, un autre FTP.
Il est écrit dans l’historique établi par le commandant Vial-Massat et le lieutenant Camille Pradet en vue de la reconnaissance du Wodli comme unité combattante que "début septembre 1944 le maquis Wodli forme les 304 et 305ème bataillon FFI-FTPF et est cantonné à Saint-Étienne. Ces deux bataillons sont engagés dans la bataille pour l libération de Lyon et participe à des accrochages à Saint-Genis-Laval, Brignais et Oullins (3 tués au cours de ces combats)".
Il fut reconnu Mort pour la France.
Son nom ne figure sur aucun monument commémoratif ni sur le registre des décès de Brignais.
Sources

SOURCES : AVCC Caen, AC 21 P 155426, dossier Antoine Seux (nc). — SHD Vincennes, GR 16 P 546771, dossier résistant Antoine Seux (nc). — SHD Vincennes, 19 P 42-10 : historique unité combattante camp Wodli. — René Gentgen, Département de la Loi. FFI-FTP : Monographie du camp Wodli, dactyl, 14 p., 1988. — État-civil Saint-Chamond. — Compléments par Michelle Destours.

Eric Panthou

Version imprimable