Né le 16 janvier 1897 à Saulxures-sur-Moselotte (Vosges), mort en action le 16 septembre 1944 à Châtel-sur-Moselle (Vosges) ; cheminot ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Joseph Labarre était le fils de Joseph, âgé de 53 ans, manœuvre et de Augustine Clémentine Jeudy, âgée de 35 ans, ménagère, domiciliés au hameau de la Poirie. Il se maria le 14 août 1920 à Nomexy (Vosges) avec Lucie Gérard dont il aura cinq enfants. Il était domicilié avec sa famille route de Portrieux, à Châtel-sur-Moselle (Vosges). Ancien combattant de 1914-1918, il était entré à la Compagnie de chemin de fer de l’Est comme homme d’équipe à l’essai au service de l’Exploitation, à Varangéville (Meurthe-et-Moselle) en mai 1920. Sous l’Occupation, il était homme d’équipe à la gare de Châtel-Noméxy (Vosges). Il avait rejoint la Résistance et les Forces françaises de l’intérieur (FFI) et appartenait au 62e groupe. Le 16 septembre 1944, les premiers éléments des troupes françaises de la division Leclerc arrivèrent dans la commune de Châtel. Un officier demanda du renfort aux FFI présents et Joseph Labarre se porta volontaire avec quatre camarades de son groupe. Ils partirent en direction de Zincourt pour appuyer une section de la division. Ils furent vite sous le feu de l’ennemi. Un seul des volontaires en réchappa. Le corps de Joseph Labarre fut relevé le 22 septembre. Il est inhumé dans la tombe familiale au cimetière communal, à Châtel-sur-Moselle (Vosges).
Il obtint la mention « Mort pour la France » apposée sur son acte de décès en décembre 1946 et fut homologué aux Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur le monument aux morts, à Châtel-sur-Moselle (Vosges).
Sources

SOURCES : dossiers SHD GR 16 P 324805 (nc).— Notice sans auteur dans le Mémorial 1940-1945 des Cheminots victimes de la répression, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017, page 1558.— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de naissance).

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable