Né le 15 décembre 1905 à Bellegarde-en-Diois (Drôme), mort en action le 23 août 1944 à Marseille (Bouches-du-Rhône) ; cheminot ; résistant des Francs-tireurs et partisans français (FTPF).

Maurice Lambert était marié avec Marie-Assomption Paoli. Sous l’Occupation, il exerçait le métier de manœuvre spécialisé au dépôt de Marseille-Saint-Charles (Bouches-du-Rhône).
Il entra dans la Résistance le 21 août 1944 lorsqu’il s’enrôla dans les FTPF, section de Saint-Loup, à Marseille. Il participa aux combats lors de la grève générale insurrectionnelle à laquelle la CGT clandestine a appelé dès le 19 août 1944. Il fut tué le 23 août 1944 devant l’église de Saint-Loup, dans un « corps à corps avec les boches » selon le certificat émis par l’état-major FTP.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et son nom figure sur le monument de la SNCF square Narvik, en gare de Marseille-Saint-Charles, à Marseille Ier arr. et sur la plaque commémorative au dépôt de Marseille-Saint-Charles, rue Pautrier, à Marseille IVe arr. (Bouches-du-Rhône).
Sources

SOURCES : dossiers SHD GR 16 P 333636 sans homologation et AC 21 P 67070 (non consultés).— Notice sans auteur dans le Mémorial 1940-1945 des Cheminots victimes de la répression, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017, page 1560.— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable