Né le 28 novembre 1917 à Muzillac (Morbihan), mort à l’hôpital le 5 août 1944 à Auray (Morbihan) des suites de blessures ; cheminot ; victime civile.

Francis Le Gal se maria le 30 décembre 1939 et était père d’un enfant né en 1941. Il fut embauché à la SNCF le 28 février 1941 comme auxiliaire aide-ouvrier chaudronnier sur cuivre aux ateliers de Quatre-Mares à Sotteville, près de Rouen. Il fut confirmé en janvier 1943 et demanda le 1er avril sa mutation à Auray pour se rapprocher de sa famille. Il fut affecté au dépôt d’Auray.
Le 4 août 1944 à 17 heures, il se trouvait sur le bord de la route devant son domicile et fut la cible d’un groupe de soldats allemands en retraite. Il fut atteint d’une balle dans les reins et mourut le lendemain à l’hôpital d’Auray où il avait été transporté.
Il obtint la mention « Mort pour la France » apposée sur son acte de décès et son nom figure sur la plaque commémorative des cheminots en gare et sur la stèle commémorative des cheminots au dépôt SNCF, à Auray (Morbihan).
Sources

SOURCES : Notice sans auteur dans Cheminots victimes de la répression Mémorial 1940-1945, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017, page 1614.— Mémorial genweb.

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable