Né le 23 mars 1924 à La-Bâtie-Divisin (aujourd’hui les Abrets-en-Dauphiné, Isère), mort le 14 août 1944 à Soyons (Ardèche), décès enregistré à Rochepaule (Ardèche) ; frère des écoles chrétiennes, instituteur privé ; résistant AS puis FFI, chef du maquis de Rochepaule,

Claudius BRUNIER
Claudius BRUNIER
Photo : Marcel Chabert, Mémorial GenWeb, sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0
Claudius, Georges Brunier était le fils de François, cocher, et de Symphorose, Antoinette Romieux. Il devint instituteur de l’enseignement catholique parmi les Frères des Écoles Chrétiennes. Nommé à Rochepaule (Ardèche), il était plus connu dans le village et dans la région par son prénom en religion Léon.
Le 14 août 1944, à la tête d’une dizaine de maquisards rochepaulois (18 e Cie FFI AL), Claudius Brunier et Joseph Patrouillard affrontèrent les troupes de la 19e armée allemande sur la RN 86 à Soyons (Ardèche). Les Allemands firent mine de ne pas se battre. Ils envoyèrent, par un civil, le mot « Bataillons rouges ne tirez pas nous nous rendons ». Patrouillard fit cependant tirer des coups de semonce. Commença alors un combat sans merci.
Claudius Brunier fut touché par une balle de mitrailleuse au cou et laissé mourant. Il aurait été achevé par les soldats allemands. Mais plusieurs versions circulent.
Un autre maquisard, Francis Gomez, fut achevé à coups de crosse.
Son corps fut emporté à Rochepaule où l’acte de décès fut rédigé.
Claudius Brunier fut déclaré « Mort pour la France » et fut homologué résistant, sergent des Forces françaises de l’Intérieur sous le n°18.823.
Initialement inhumé dans la tombe des Frères des Écoles Chrétiennes à Rochepaule ses restes furent transférés en février 1949 dans le caveau familial.
Son nom figure sur les monuments aux morts de Rochepaule et La-Bâtie-Divisin (Isère)
Sources

SOURCES : SHD, Vincennes, GR 16 P 95295 — AVCC, AC 21 P 35277. — Bulletin Feuille de route, Rochepaule pour mémoire. — Mémoire des hommes. — Mémorial GenWeb

Claude Pennetier, Jean-Luc Marquer

Version imprimable