Le 18 décembre 1943, à Chaveroche (Corrèze), une commune proche d’Ussel (Corrèze), les Allemands massacrèrent cinq habitants et un résistant en représailles après qu’un officier eut été blessé par un coup de feu.

Stèle commémorative à Chaveroche (Corrèze)
Stèle commémorative à Chaveroche (Corrèze)
Crédit : MémorialGenWeb
Le déroulement des faits est relaté par Louis Le Moigne et Marcel Barbanceys dans leur ouvrage intitulé  : Sédentaires, Réfractaires et Maquisards, L’ Armée Secrète en Haute-Corrèze, 1942-1944, op. cit.
Voici leur récit des évènements.
« Le 18 décembre 1943, quelques jeunes qui font une quête pour les maquisards, près du village de Chaveroche, se trouvent face à un officier allemand qui précède d’une centaine de mètres sa troupe en exercice (une section de la compagnie de parachutistes provisoirement cantonnée à Ussel). Un coup de feu : l’officier est blessé. Les jeunes s’enfuient et l’un d’eux se réfugie dans une grange. Les Allemands fouillent les maisons ; ils arrêtent cinq hommes : Chiriol, un gendarme en retraite, et son domestique Trémont, âgé de 16 ans ; Neyrat, maçon, et ses deux neveux, Sauviat et Gaulet (sic), venus de Paris passer quelques jours dans leur famille. Tous les cinq sont immédiatement fusillés dans une rue du village, face à l’école. D’autres soldats allemands mettent le feu à la grange où ils ont vu entrer l’un des jeunes ; celui-ci sort au milieu des flammes : il est abattu d’une rafale de mitraillette.
Le rapport de la gendarmerie d’Ussel est éloquent dans sa brièveté : “les corps de six hommes sont allongés sur le dos, sur le parvis de l’église ; tous portent des blessures à la poitrine et trois d’entre eux sont en outre atteints à la tête... Deux bâtiments achèvent de se consumer ; à la Mairie, les panneaux des deux portes sont enfoncés ; un des vantaux de l’église est détruit...”
Le lendemain, les Allemands imposent des obsèques très simples : seuls les habitants de Chaveroche, le préfet de Tulle, le maire d’Ussel sont autorisés à suivre les cercueils, surveillés par la troupe. »
Les noms des victimes sont inscrits sur une stèle commémorative.

Liste des victimes
CHORIOL Jean, Félix, dit Francis
COLLET Paul, Roger
IMBERT Gilbert
NEYRAT Alphonse, Michel
SAUVIAT Maurice, Antonin, Paul
TREMONT Clotaire
Sources

SOURCES : Louis Le Moigne et Marcel Barbanceys, Sédentaires, Réfractaires et Maquisards, L’Armée Secrète en Haute-Corrèze, 1942-1944, 1977, Amicale des maquis Armée secrète de Haute-Corrèze, (Neuvic), en ligne sur le site Gallica de la BNF. — MémorialGenWeb. — Mémoire des Hommes. — Geneanet.

Dominique Tantin

Version imprimable