Né le 24 mars 1926 à Lannilis (Finistère), mort en action le 6 août 1944 à Lannilis (Finistère) ; étudiant ; résistant FFI.

Jean-François Laot, 18 ans en 1944, était étudiant. Il participait à la résistance, très active dans le secteur des Abers (Finistère nord). Le parachutage d’armes le 2 août 1944 à Tréglonou permit le renforcement de la compagnie FFI de Lannilis placée sous les ordres du gendarme Derrien, alias Jean-Maurice.
Jean-François Laot trouva la mort en attaquant avec son unité le camp allemand de Kerbabu à Lannilis, dans la nuit du 6 août 1944. Dix résistants furent tués.
Les victimes étaient : Jean Caraès, François Coum, François Falhun, Prosper Guiziou, Jean-François Laot, Jean-Louis Landuré, Olivier Le Bris, François Rolland, Roger Stéphan et Théophile Troadec.
Reconnu « Mort pour la France », il a été homologué soldat FFI, interné résistant et décoré de la médaille de la Résistance le 15 octobre 1960, JO du 29 octobre 1960.
Son nom est gravé sur les plaques commémoratives de l’église Saint-Pierre et Saint-Paul et sur le monument aux morts de Lannilis.


Lannilis (Finistère), Manoir de Kerbabu, 6 août 1944
Sources

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 585932 et AC 21 P 68764 (nc). — Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 337321 (nc). — Arch. Dép. Finistère, Quimper, fonds Alain Le Grand. — Georges-Michel Thomas, Alain Le Grand, Le Finistère dans la guerre, Édition de la Cité, 1981.

Annie Pennetier

Version imprimable