Né le 18 septembre 1922 à Asprières (Aveyron), mort en action le 8 juin 1944 à (aujourd’hui Cressensac-Sarrazac, Lot) ; résistant au sein de l’Armée secrète (AS), membre des FFI.

Roger, Cyrille, Jean Sindou était le fils d’Émile Sindou, 44 ans, poseur à la Compagnie des chemins de fer d’Orléans puis cultivateur, et de Léontine, Berthe Lambert, son épouse, sans profession. Il était célibataire.
Son nom figure sur les listes de l’Etat-major départemental de l’AS, Basse Corrèze et Brigade. Il fut tué lors des combats engagés par l’Armée secrète en vue de ralentir la remontée vers le nord des colonnes de la Division Das Reich.
L’attaque fut lancée par les FFI placés sous les ordres du commandant Merlat qui avait installé son PC à Cressensac (aujourd’hui Cressensac-Sarrazac, Lot).
Ces combats du 8 juin 1944 après-midi infligèrent de lourdes pertes aux 18 FFI engagés : sept d’entre eux furent tués dont le caporal-chef Roger Sindou, alias Saindoux.
Il obtint la mention « Mort pour la France », et fut homologué FFI.
Son nom n’apparaît sur aucun monument commémoratif.


Voir : Cressensac (aujourd’hui Cressensac-Sarrazac, Lot), 8 juin 1944
Sources

SOURCES : SHD, Vincennes, GR 19 P 19/4, AS : Etat-major départemental / AS : Basse Corrèze et Brigade (en ligne, voir p. 57). — AVCC, Caen, AC 21 P 150550, dossier militaire tué (nc). —SHD, Vincennes, GR 16 P 550311, dossier FFI (nc). — Mémorialgenweb. — Geneanet. — État civil Arprières

Éric Panthou

Version imprimable