Né le 18 mai 1886 à Larouquette (Aveyron), abattu le 23 août 1944 à Boissy-Saint-Léger (Seine-et-Oise, Val-de-Marne) ; cantonnier, ; victime civile.

Fils de Jean Testas et de Rosalie Benech, Damien Testas était l’époux de Clémence Marie Albertine Duret, sans profession. Il travaillait comme cantonnier.
Dans le cadre des combats de la libération, le 23 août 1944 à 21 h 30, une patrouille allemande le tua dans le couloir de son immeuble, 12 rue de Paris à Boissy-Saint-Léger, où il s’était imprudemment montré après le couvre-feu.
Boissy-Saint-Léger a été libérée par les américains le 26 août 1944.
Damien Testas a été reconnu « Mort pour la France ».
Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Boissy-Saint-Léger situé Square du Maréchal Berthier, Rue Léon Révillon.
Une plaque a été apposée sur la maison. Une gerbe y est déposée à chaque anniversaire de la Libération.
Sources

SOURCES : Service historique de la Défense, Caen, AC 21 P 401635. — Roger Guillemard, Boissy-Saint-Léger, ma ville, 1992.

Roger Guillemard

Version imprimable