Né le 13 juillet 1897 à Dompnac (Ardèche), massacré le 24 août 1944 à Vallon, aujourd’hui Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche) ; cultivateur ; victime civile.

Germain, Gabriel Hermitant était le fils d’Auguste Hermitant, cultivateur, et de Marie, Léonie, Joséphine Bastide, son épouse.
À sa naissance, la famille habitait à Merle, commune de Dompnac (Ardèche).
Il fut incorporé le 26 août 1916 au 23e bataillon de chasseurs à pied.
Il passa brièvement au 6e bataillon de chasseurs avant d’être affecté au 68e BC le 18 novembre 1917.
Il passa au 17e BCP le 8 mars 1919 et fut promu sergent le 25 juin 1919 et rendu à la vie civile le 1er octobre 1919.
En raison de son attitude courageuse, il fut décoré de la Croix de guerre avec deux étoiles de bronze et une de vermeil et de la Médaille militaire par décret du 20 octobre 1934.
En 1926, il habitait toujours à Merle, avec sa mère, veuve, et était cultivateur.
Il épousa Berthe, Marie Vitalis le 19 novembre 1927 à Dompnac.
En 1944, le couple habitait boulevard Peschaire-Alizon à Vallon, aujourd’hui Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche).
Berthe Hermitant témoigna pour le Mémorial de l’oppression : « Le 24 août 1944, les troupes allemandes étaient de passage à Vallon. Tout le pays était sillonné par ces dernières qui se montraient terribles. Mon mari désirait se rendre au village, lorsque, arrivé à cinquante mètres environ de notre domicile, un groupe d’Allemands lui a fait signe de se retourner, ce qu’il a fait. Aussitôt les soldats ont ouvert le feu sur lui. à deux reprises, mon mari est tombé, blessé grièvement par une balle en pleine poitrine. Il a eu la force de se trainer quelques mètres pour se mettre à l’abri, mais les soldats allemands sont venus et à coups de pied l’ont renvoyé sur le chemin où mon mari perdant son sang en abondance ne tarda pas à succomber. ».
Il semble n’y avoir aucune justification à ce meurtre.
Un voisin, Eugène Duffaud, ramena le corps au domicile, et par la suite procéda à l’inhumation.
Germain Hermitant obtint la mention « Mort pour la France ».
Son nom figure sur le monument aux morts de Vallon-Pont-d’Arc.


Voir : Vallon, été 1944
Sources

SOURCES : AVCC Caen, AC 21 P 355010 (nc). — Arch. Dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 232. — Arch. Dép. Ardèche, recensements Dompnac, 1926, p. 3. — Arch. Dép. Gard, RMM, Pont-Saint-Esprit, 1917, mat 979. — Geneanet. — Mémoire des hommes. — État civil, acte de naissance n°5, acte de décès n°37.

Jean-Luc Marquer

Version imprimable